Google : Do the Right Thing, Big Brother

GouvernancePolitique de sécuritéRégulationsSécurité
5 14 Donnez votre avis

Les verrous présents entre les services de Google et la régie publicitaire DoubleClick ont sauté pendant l’été. La firme se veut rassurante.

Il y a tout juste un an, Google changeait sa ligne de conduite. Le « don’t be evil » qui avait motivé la société depuis ses débuts, devenait ainsi « do the right thing » (voir à ce propos l’article « Google – Alphabet : « do the right thing » remplace « don’t be evil » »).

La grande question est bien entendu de savoir pour qui. Les utilisateurs ou les investisseurs ? Les marchés, bien évidemment. Cet été, la firme de Mountain View a ainsi discrètement donné un nouveau coup de canif dans ses principes concernant le suivi des internautes sur la Toile.

Si la société s’autorisait à utiliser les données personnelles de ses utilisateurs issues de plusieurs de ses services, la base de données DoubleClick – régie rachetée par Google en 2007 – restait hors de ce dispositif. Elle ne pouvait donc suivre à la trace sur la Toile un internaute identifié personnellement.

Changement de cap

Ce n’est plus le cas depuis cet été. Google se défend d’utiliser des informations personnelles comme le contenu d’e-mails pour améliorer le ciblage des publicités de la régie DoubleClick. Toutefois, les nouvelles conditions liées à l’emploi des données personnelles de ses clients n’empêchent plus cette pratique.

Ces nouvelles dispositions sont actives par défaut pour les nouveaux comptes. Pour les autres, ce changement a été signalé. Mais le message affiché alors était loin d’être explicite concernant les implications de ces modifications.

Ce système est 100 % optionnel assure un porte-parole de la firme. Cette dernière indique avoir « fourni des notifications aux utilisateurs au sujet de ce changement, exprimées dans un langage clair, ainsi que des outils simples qui permettent aux utilisateurs de contrôler ou supprimer leurs données ».

Encore faut-il savoir où trouver ces outils. Et force est de constater que le porte-parole de Google reste un peu vague concernant certaines des options accessibles ici.

Comment sortir du dispositif ?

Pour définir comment les annonces Google sont générées, il faut demander à ce qu’elles ne soient pas définies par centres d’intérêt. Ceci lorsque vous êtes connecté aux sites Google (depuis cette page web) et lorsque vous ne l’êtes pas (depuis cette autre page web).

Il est également recommandé de jeter un œil sur les « commandes relatives à l’activité », et de désactiver au minimum l’enregistrement des activités web (voir cette page). Pour retirer les données précédemment enregistrées, il convient de se rendre sur la page « Mon activité » du site de Google (accessible ici).

Si tous les outils sont bien en place pour refuser de voir ses données personnelles être enregistrées et utilisées par Google, ils restent loin d’être aisés à trouver pour des néophytes. Ils resteront donc souvent suivis à la trace par défaut, et probablement contre leur gré. Mais après tout, ce que les internautes ignorent ne saurait leur faire du tort (sic.).

À lire aussi :
Google Home ou la fin de la vie privée ?
Quiz Silicon.fr – La protection de la vie privée sur Internet
Vie privée : les GAFA risquent de fortes amendes en Europe

Crédit photo : © Carlos Amarillo – Shutterstock

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur