Google refuse l’adbloqueur de Samsung

AppsMobilitéOS mobiles
7 4 Donnez votre avis

AdBlock Fast, pourtant réservé au butineur mobile de Samsung, a été éjecté par Google du Play Store. Une stratégie qui fait tache face à celle d’Apple, favorable à ces dispositifs.

L’arrivée de systèmes de blocage des publicités sur les terminaux mobiles fait débat. Chez Apple, c’est une nouvelle étape à franchir pour son OS mobile. Google ne voit pas les choses de la même façon pour Android.

Ainsi, le bloqueur de publicités de Samsung, AdBlock Fast, s’est vu retiré du Play Store, la boutique applicative d’Android. Google met en effet en avant la section 4.4 du contrat de distribution des logiciels, qui stipule que ces derniers ne doivent pas interférer avec le fonctionnement normal du terminal, des réseaux sur lesquels il se connecte, ou des applications et services.

Un article appliqué à la carte par la firme : elle s’en sert pour empêcher les adbloqueurs de débarquer sur son store applicatif, mais elle le laisse de côté lorsqu’il est question d’antivirus, qui modifient pourtant aussi le comportement de l’OS et des applications.

Interdiction intempestive ?

C’est donc avant tout son business, celui de la publicité, que la firme protège ici. Mais aussi celui des éditeurs d’applications Android, qui s’appuient massivement sur la publicité embarquée dans les applications (voire sur la collecte massive de données) pour les monétiser.

Ce n’est toutefois pas le cas d’AdBlock Fast, qui se borne à bloquer les publicités dans le butineur de Samsung. Pas de risque donc pour les publicités affichées par les autres applications. Samsung pourrait rapidement trouver une solution à ce problème, soit en intégrant directement l’adbloqueur dans son butineur, soit en le diffusant lui-même sur les smartphones et tablettes Galaxy.

À lire aussi :
La mobilité pèse sur les marges de Samsung
Android part (enfin) à l’assaut des PC
Android N adopte le projet OpenJDK


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur