Les appliances de sauvegarde victimes du Cloud en Europe

CloudData & StockageStockage
1 14 Donnez votre avis

Le marché des appliances de sauvegarde en zone EMEA est en recul de 5% sur l’année. Sous la concurrence du Cloud, du dollars et surtout d’une activité désastreuse en Europe de l’Est.

La vente d’appliances de sauvegarde a généré 277 millions de dollars au 4e trimestre 2015, en recul de 13% par rapport à la même période en 2014. Alors qu’elles s’affichent à la hausse de plus de 4% sur l’ensemble du globe. Sur l’année, le marché EMEA atteint les 935 millions et régresse également, de 5%, par rapport aux 985 millions de 2014. Là encore, en décalage avec le reste du monde qui progresse de 2,5%.

« La baisse du marché EMEA des appliances de backup en 2015 a globalement été affectée par un taux de change courant négatif dans la parité euro/dollar », justifie Jimena Sisa, analyste spécialisé dans le domaine du stockage pour IDC. Mais aussi par la concurrence qu’entraine les offres de stockage Cloud sans toutefois chiffrer cette concurrence. « Alors que, sur site, les données reposent de plus en plus sur les périphériques de stockage flash compressés et dédupliquées, et le logiciel de sauvegarde qui prend en charge la déduplication, les organisations voient les solutions de sauvegarde Cloud comme l’alternative aux boîtiers à disques, impactant, en conséquence, le marché EMEA de l’appliance de sauvegarde », estime l’analyste.

Le mainframe toujours en recul

De fait, les plates-formes propriétaires de type mainframe sont les plus impactées. Le chiffre d’affaires de leurs ventes plonge de 25,7% sur le dernier trimestre 2015 pour 23 millions de dollars. Les mainframes ne pèsent plus que 8,4%, en valeur, dans le choix des entreprises. Les « Open Systems » limitent eux la casse avec 254 millions de dollars générés et un recul de 11%. Leur part progresse mécaniquement à 91,6% du marché EMEA.

Cela se traduit par 273 pétaoctets (273 millions de Go) vendues sur le dernier trimestre, soit une réduction de 7,9% des capacités de stockage distribuées. Le résultat sur l’année reste, lui, en progression, de près de 8%, avec 863 Po de capacités distribuées. Dont 72% dans la zone Europe de l’Ouest.

L’Europe plombée par l’Est

Les constructeurs de la région occidentale européenne y voient d’ailleurs leurs activités progresser de 2%. « Principalement en raison de la croissance de certains des principaux acteurs », selon Jimena Sisa. Une légère croissance plombée par la zone Europe de l’Est, Moyen-Orient et Afrique (CEMA) qui a particulièrement souffert avec un recul de 42% pour 60,2 millions de dollars au cours du 4e trimestre. Le plus mauvais trimestre de l’année qui plonge les résultats annuels de 14%. « Un changement clair pour des solutions sur bande à prix plus bas, constaté tout au long de l’année, couplé par la persistance des problèmes politiques et économiques dans la région, et particulièrement en Russie, explique cette évolution », estime pour sa part l’analyste Marina Kostova également spécialiste du stockage chez IDC.


Lire également
Silicon Valley : les start-ups Rubrik et Cohesity veulent réinventer la sauvegarde de données
5 observations avant de sauvegarder ses données dans le Cloud (Tribune)
Sauvegardes sur bande : le casse-tête de la restauration de données

crédit photo © R.Grothues – shutterstock

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur