Navigateurs Web : Chrome le leader maxima sur PC et mobile

DéveloppeursEditeurs de logicielsMacNavigateursOSPCPoste de travailProjets

Dans le premier volet de notre dossier d’été dédié aux navigateurs web, nous allons nous pencher sur les parts de marché des différentes solutions en présence.

Une abondance de navigateurs web existe sur le marché. Mais seules quelques grandes offres arrivent à s’imposer.

Dans le monde desktop, nous pouvons même dire qu’une seule s’arroge l’essentiel du marché de la navigation web : le butineur Google Chrome, qui dispose de 63,2 % de parts de marché en juin 2017 (source StatCounter). Un chiffre en progression de 0,8 point sur un an.

En seconde position, Mozilla Firefox dispose de 14 % de parts de marché… mais recule de 1,4 point sur un an. Internet Explorer arrive en troisième place, avec 9,3 % de parts de marché. Pas mal pour une solution qui n’est plus activement maintenue par Microsoft ( à l’exception de la version 11). Mais aussi un peu inquiétant au vu des faiblesses de ce logiciel.

Apple Safari prend la quatrième place du podium, avec 5,2 % de parts de marché. Et une belle progression sur un an : + 0,6 point. Le signe d’un certain désaveu des utilisateurs de Windows 10 en faveur de macOS ? Enfin, Microsoft Edge progresse sur un an de 3 % à 3,9 % de parts de marché. C’est bien, mais cela ne suffit pas à contrebalancer la baisse de -1,4 point constatée sur Internet Explorer.

Le marché mobile fait lui aussi confiance à Chrome

Sur les smartphones et tablettes, c’est encore une fois Chrome qui se taille la part du lion, avec 47,3 % de parts de marché. Et pour cause, puisqu’il est souvent installé par défaut sous Android. Il est ainsi devenu le navigateur web de base d’une myriade de smartphones et tablettes. Il a même fortement progressé en un an : +10,7 points !

En seconde position, nous trouvons Safari, le navigateur web des iPhone et iPad. Avec 21,2 % de parts de marché, -1,6 point en un an, l’écosystème Apple tente de résister à la déferlante Android.

Troisième, UC Browser, qui prend 14,6 % de parts de marché (+1,5 point). Samsung Internet s’en sort avec les honneurs : 6 % de parts de marché (+0,1 point). Et puisqu’il faut un perdant, c’est sans conteste Opera, qui voit se parts de marché divisées par deux en un an, passant de 10,3 % à seulement 5 %.

La France aime Chrome, mais aussi Firefox et Safari

Focus sur les internautes français. Dans le monde des PC, ils sont 50,3 % à céder aux sirènes de Chrome. Firefox s’en sort bien, avec 22,5 % de parts de marché. Internet Explorer (9,4 %), Safari (9,1 %) et Edge (5,9 %) bouclent le Top5.

Sur les smartphones et tablettes, c’est là encore Chrome qui remporte la mise avec 44,4 % de parts de marché, devant Safari (38,7 %), Samsung Internet (9,2 %) et le butineur par défaut d’Android (4,1 %).

Nous le voyons, les Français, comme beaucoup d’utilisateurs habitant dans des pays favorisés, montrent un plus grand appétit pour les offres d’Apple : Mac, iPhone et iPad. De fait, elles sont tout simplement plus à la portée de leurs finances.

Et les développeurs ?

Les développeurs ont sans conteste choisi leur camp : celui de l’offre de Google (76,3 % de PDM pour Chrome ; +4,7 points en un an). Ils délaissent ainsi petit à petit Firefox (13,3 % de PDM, contre 15,5 % un an plus tôt). Internet Explorer et Edge ne sont utilisés que par 4,6 % des webmasters. Safari conserve ses fidèles (3,3 % de parts de marché), tout comme Opera (1,2 %).

Dans notre prochain article nous aborderons le sujet du respect des standards par les navigateurs web desktops.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur