Palantir : levée de fonds géante pour le spécialiste du Big Data

Big DataData & Stockage
2 169 Donnez votre avis

L’éditeur américain Palantir lève pas moins de 880 millions de dollars. Ce spécialiste de l’analytique Big Data est valorisé environ 20 milliards de dollars.

La société Palantir, spécialisée dans l’analytique, a déjà reçu son cadeau de Noël. Et le Père Noël n’a pas été chiche avec la société de Palo Alto, en Californie : celle-ci vient en effet de lever pas moins de 880 millions de dollars, comme le confirme un document transmis à la SEC (le gendarme des bourses américaines). Ce qui porte la valorisation de la société à 20 milliards de dollars.

Palantir est aujourd’hui une des sociétés high tech non cotées les mieux valorisées, juste derrière Uber ou Airbnb. Avant cette 11ème levée de fonds, l’éditeur dirigé par Alex Karp valait déjà environ 15 milliards de dollars. Au total, Palantir, qui emploie déjà quelque 2 000 personnes dans le monde, a réuni environ 2 milliards de financement privé pour assurer sa croissance.

L’appui du renseignement US

Selon le New York Times, cette nouvelle levée de fonds a démarré à l’été dernier. Elle a pris de temps que prévu au départ par Alex Karp, du fait… de l’afflux des investisseurs. Le Pdg aurait ainsi réuni 350 millions de plus que ce qu’il projetait au départ. Le nom des investisseurs ayant pris part à ce nouveau tour de table reste confidentiel.

Fondé en 2004, en partie grâce à un investissement du fonds de capital-risque de la CIA mais surtout avec l’appui de Peter Thiel (le co-fondateur de PayPal), Palantir s’est d’abord développé dans le secteur de défense et du renseignement. En janvier 2015, TechCrunch expliquait que la technologie de la start-up était utilisée par la communauté américaine du renseignement pour décloisonner ses bases de données. Mais ses technologies analytiques, exploitant l’intelligence artificielle couplée à l’expertise d’analystes humains, sont aujourd’hui également largement déployées dans le secteur privé ; par exemple, la banque JPMorgan Chase y a recours pour lutter contre la fraude et pour la vente de maisons saisies. Si Palantir ne dévoile pas ses résultats d’activité, le New York Times évalue son chiffre d’affaires annuel à « bien plus d’un milliard de dollars à l’année ». Dont plus de 50 % est issu du secteur privé.

Palantir allergique à l’IPO

Alex Karp ne cache pas sa réticence à une entrée en bourse, estimant que la culture de son entreprise n’est pas compatible avec les contraintes des marchés boursiers. La levée de fonds monstre de Palantir illustre d’ailleurs la santé de l’investissement privé aux Etats-Unis, qui contraste avec la déprime de la cotation publique dans la high tech.

L’année qui s’achève aura ainsi été la plus noire en termes d’introduction en bourse de sociétés technologiques depuis 2009. Seulement 23 entreprises ont osé braver les marchés au cours de 2015 ; elles étaient plus de deux fois plus en 2014. Ensemble, ces 23 start-up ont levé 4,2 milliards de dollars, moins d’un septième du total de 2014.

A lire aussi :

Systèmes convergés : Nutanix va braver les frimas de la bourse

DataJob : la bulle autour des Data Scientists retombe-t-elle ?

Cédric Villani, « Plus il y aura d’IA, plus il y aura besoin des mathématiciens »

crédit photo © Rrraum – shutterstock

 


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur