Big Data : la DGSI s’émancipe de Palantir pour une solution 100% française

Bases de donnéesBig DataData & Stockage

La Direction Générale de la Sécurité Intérieure (DGSI) a trouvé une alternative française à l’américain Palantir pour la gestion de ses données.

En pleine guerre contre le terrorisme, la France cherchait des solutions technologiques pour traiter d’immenses volume de données susceptibles de l’aider à neutraliser les attaques.
Faute d’alternative française, la Direction Générale de la Sécurité Intérieure (DGSI) s’était tournée en 2016 vers la société américaine Palantir, dont Peter Thiel est le co-fondateur et qui a été financée par la CIA.

L’initiative (on parle d’un contrat à 10 millions $)  avait soulevé de nombreuses critiques parmi la classe politique française et chez certains des hauts fonctionnaires comme Guillaume Poupard, le directeur général de l’ANSSI ((Agence Nationale de la Sécurité des Systèmes d’Information). ” Il va de soi qu’il faut par exemple déconnecter les logiciels Palantir, qui permettent d’effectuer des recherches dans les données, car il est hors de question que l’éditeur de Palantir ait accès aux données opérationnelles traitées par le logiciel. Or, c’est de plus en plus compliqué : de nombreux éditeurs logiciels, en effet, dégagent leur plus-value en fournissant non plus un simple CD-ROM comme autrefois mais un système à distance, en cloud, qui, pour fonctionner, ne doit plus se trouver chez le client mais chez l’éditeur, ce qui soulève de nombreuses questions ” avait-il déclaré devant la Commission de la Défense nationale et des forces armées en mars dernier.

Une alternative 100 % française

Dans ce domaine sensible, la DGSI a maintenant les coudées franches avec une solution 100 % française destinée au traitement du big data, désormais opérationnelle et disponible.

Sous l’égide du GICAT (Groupement des industries de défense et de sécurité terrestres et aéroterrestres), un groupe de travail a planché pour regrouper les industriels français impliqués dans des solutions de renseignement ainsi que des chercheurs universitaires.

Le fruit de leurs travaux a donné naissance à un “Cluster Data Intelligence” porté par 22 sociétés françaises. La collaboration reste par ailleurs ouverte à d’autres sociétés soucieuses de l’intégrer pour apporter leur expertise en la matière. A ce titre, Thales et Pertimm (moteur de recherche d’intelligence artificielle multilingue) sont candidats.

” L’adhésion au cluster a nécessité pour chacun de ses membres de prendre un recul indispensable et faire abstraction de certains réflexes compréhensibles sur le terrain de la compétition commerciale. Mais il faut reconnaître qu’il y a toujours une fibre patriotisme économique en chacun de nous, et c’est probablement ce qui a facilité notre démarche de groupe, avec l’objectif de pouvoir « chasser en meute » à terme, que ce soit sur le territoire national ou à l’export.”  explique  Emmanuel Tonnelier, vice-président du cluster Data Intelligence et directeur des solutions pour le renseignement de SYSTRAN.

Avec cette offre souveraine, fruit de deux années de labeur, les services de renseignements peuvent s’appuyer sur cette offre qualifiée de “modulaire et compétitive”.

De surcroît, elle pourrait également s’exporter, notamment vers des pays en quête de solutions “indépendantes”.

” Nous ne proposons pas un « Palantir bis » car nous visons au-delà. Le big data évolue très rapidement d’une part, les modèles d’analyse basés sur l’IA également, et surtout nous proposons une offre bien plus large. Elle est articulée autour de solutions de bout en bout, des capteurs aux data center mobiles, en passant par des logiciels d’analyse, des calculateurs hautes performances, du stockage de données dans des Cloud souverains ou des coffres-forts souterrains à l’abri des regards des satellites…” insiste Emmanuel Tonnelier.

Crédit photo: Cluster Data Intelligence/GICAT

Lire aussi :

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur