Plus de mises à jour pour Windows 7 et 8.1 sur les puces récentes

ComposantsDSIOSPCPolitique de sécuritéPoste de travailProjetsSécurité

Microsoft passe à l’acte en coupant les mises à jour fonctionnelles pour Windows 7 ou 8.1 sur les PC équipés des dernières puces Intel et AMD. Seule option pour ces utilisateurs : passer à Windows 10.

Microsoft avait averti depuis un an de sa volonté de voir les PC équipés des dernières générations de processeurs fonctionner sous Windows 10. « Les nouvelles générations de silicium seront supportées par la dernière plate-forme Windows. Cela nous permet de mettre l’accent sur l’intégration poussée entre Windows et le silicium, tout en conservant un maximum de fiabilité et de compatibilité avec les précédentes générations de plate-forme et de silicium », écrivait Tony Myerson, vice-président exécutif de Microsoft dans un billet de blog au début de l’année 2016.

Après les menaces, Microsoft passe à l’acte et vient de confirmer dans un autre billet que les utilisateurs de Windows 7 et 8.1 sur des PC intégrant des puces de dernières générations d’Intel ou d’AMD ne bénéficieront plus des mises à jour de l’éditeur. Ce dernier précise que les correctifs de sécurité ne sont pas concernés par cette nouvelle politique, car le support étendu des OS est assuré pour encore quelques années, jusqu’au 14 janvier 2020 pour Windows 7 et au 10 janvier 2023 pour Windows 8.1. Mais le ton est donné : il vaut mieux pour les utilisateurs migrer sur Windows 10 au plus tôt.

Un blocage dès les processeurs Intel Sky Lake

Sur le blog, on peut lire que ce changement intervient à partir de la 6ème génération de processeurs Intel sous la micro-architecture, Sky Lake. Des tests ont été réalisés avec les partenaires OEM pour valider l’installation des seules mises à jour de sécurité pour les utilisateurs de Windows 7 et Windows 8.1. Et cela sera la même chose pour les PC équipés des processeurs de 7ème génération d’Intel (micro-architecture Kaby Lake) et des processeurs Ryzen.

Microsoft avait été même plus directif en septembre dernier : « les futurs composants de silicium, y compris la 7e génération de famille de processeurs Intel Core (Kaby Lake) et la 7e génération de processeurs AMD (Bristol Ridge par exemple) ne seront pris en charge que par Windows 10 ». Un moyen pour l’éditeur d’accélérer notamment la migration vers son dernier OS des entreprises.

A lire aussi :

Microsoft étend (un peu) le support de Windows 7 sur les puces Intel Skylake

Microsoft prêt à débrancher Windows 7 des PC Kaby Lake et Ryzen

 


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur