Les conducteurs de la SNCF pilotent sous iPad et Sirius NG

AppsDSIMobilitéPoste de travailProjetsTablettes
0 73 Donnez votre avis

Les 15 000 conducteurs de la SNCF sont désormais équipés d’iPad dotés de l’application Sirius NG. L’objectif : faciliter l’accès des agents aux documents métier utilisés au quotidien.

Oubliés les smartphones HTC sous Windows Phone de 2008 ! Des iPad (iPad 4 et Air jusqu’ici) équipent désormais tous les 15 000 conducteurs de la SNCF. Le déploiement de l’iPad avait débuté en novembre 2013, dans la foulée des premiers tests de terrain, comme l’indique iGeneration.

Les iPad en question, ces tablettes d’Apple sous iOS, sont équipés d’une application interne à la SNCF : Sirius NG (Système informatique regroupant les informations utiles au service nouvelle génération). Elle permet surtout aux conducteurs d’accéder à la fiche train (arrêts, horaires, vitesses de référence…), au livret de ligne et à des données techniques, pour le moment. L’opérateur Bouygues Telecom fournit l’abonnement 4G, avec 5 Go de data par mois et par utilisateur. Et la société Usabilis conseille la SNCF sur l’ergonomie de l’application (qui fut le point faible du projet initial).

Satisfait, mais à quel prix ?

« Depuis la mise en œuvre [de Sirius NG], les services de support sont principalement sollicités sur des questions métier, très peu sur des problématiques d’utilisation de l’application. Une récente enquête auprès des conducteurs montre un taux de satisfaction de plus de 90 % », déclare Usabilis sur son site. L’agence est spécialisée dans l’ergonomie d’interface et l’expérience utilisateur.

Sirius NG
Sirius NG

La SNCF, de son côté, souligne que la démarche a été « essentielle » pour « adapter l’application aux activités spécifiques des conducteurs », sans sacrifier la sécurité du dispositif. Pour Wanig Auffret, adjoint chef de projet Sirius à la SNCF, « intégrer l’ergonomie au plus tôt, concevoir en mode agile, réaliser des maquettes interactives et les tester avec de vrais utilisateurs : cette approche a été la garantie d’une acceptation forte de la part des utilisateurs ». Rien ne filtre, en revanche, sur le coût du projet.

Lire aussi :

La SNCF prend le train de l’IoT… à grande vitesse
Prévoir la panne d’un train : à la SNCF, ce sera bientôt possible
La SNCF rate le train du WiFi en 2016


Auteur : Ariane Beky
Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur