Télécoms : Altice se retire de Belgique

OperateursRéseaux

Altice, la holding de Patrick Drahi, revend ses activités de MVNO et de câblo-opérateur en Belgique et au Luxembourg au Belge Telenet. Et récupère 400 millions d’euros.

Altice, le groupe de télécoms détenu par Patrick Drahi, annonce son retrait des marchés belge et luxembourgeois. Regroupées dans la société Coditel Brabant, ces activités (câble dans la région de Bruxelles, en Wallonie et au Luxembourg ; MVNO en Belgique, sous la marque SFR BeLux) sont cédées au Belge Telenet pour 400 millions d’euros. L’opération reste soumise à l’approbation des autorités belges, souligne Altice dans un communiqué.

Main basse sur le câble à Bruxelles pour Telenet

Sur ces territoires, où Altice ne dispose d’aucune fréquence 3G ou 4G en propre, SFR regroupe environ 90 000 abonnés en Belgique et quelque 15 000 au Luxembourg. La somme offerte par Telenet, une filiale du groupe Liberty Global, est considérée par les analystes comme une bonne affaire pour Altice, qui avait racheté Coditel en 2003 pour 82 millions d’euros. Pour Telenet, ce rachat lui permet de raffermir son emprise sur le marché du câble en Belgique, face à son concurrent Voo. Dans un communiqué, le groupe malinois explique ainsi que l’opération lui permet d’étendre « son empreinte géographique en tant que câblo-opérateur au-delà des zones flamandes et bruxelloises actuellement couvertes et couvrira désormais une partie de la Wallonie et du Grand-Duché de Luxembourg ainsi qu’environ les deux tiers de Bruxelles ». SFR contrôle notamment la distribution des offres câble dans un tiers des municipalités de la région de Bruxelles.

Altice précise que, en marge de cette vente, il fournira des services de transition au fournisseur belge. Sans toutefois préciser le montant de ces prestations.

La maison mère de SFR s’est plutôt signalé ces dernières années par ses rachats spectaculaires en Europe, dans les Caraïbes et surtout aux États-Unis (avec l’acquisition des câblo-opérateurs Suddenlink et Cablevision pour un total d’environ 24 milliards d’euros) que par des opérations de cession. Le groupe de Patrick Drahi est endetté à hauteur de 50 milliards d’euros, soit 5,7 fois son résultat brut d’exploitation.

A lire aussi :

Altice (SFR) préfère la fibre au câble… aux Etats-Unis

2016, une année en enfer pour SFR

 


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur