Wikipedia, Dropbox et autres bloqués par une erreur de certificats

AuthentificationPolitique de sécuritéRéseauxSécurité
1 17 Donnez votre avis

Des sites ont été signalés comme non-sécurisés, et certains ont été rendus inaccessibles jeudi, à la suite d’une erreur de révocation de certificats contrôlés par GlobalSign.

L’autorité de certification GlobalSign fournit et gère des certificats SSL/TLS (Secure Socket Layer/Transport Layer Security) utilisés pour sécuriser les échanges sur Internet. Jeudi 13 octobre, à la suite d’une opération planifiée de gestion de certains de ses certificats racines, le fournisseur a révoqué par erreur un certificat croisé entre deux racines…

Résultat : des navigateurs web ont considéré, à tort, que les certificats intermédiaires avaient également été révoqués. Des messages d’alerte de sécurité sont apparus à l’attention des internautes qui tentaient d’accéder aux sites Internet affectés. Des sites comme ceux de Wikipedia, de Dropbox et du Guardian ont ainsi été signalés comme non-sécurisés, ce qui n’était pas le cas. Parfois, l’accès aux sites a été bloqué.

4 jours pour s’en remettre

Depuis, GlobalSign a supprimé le certificat croisé en question de sa base de données OSCP (Online Certificate Status Protocol) et dit avoir vidé les caches. « Mais de par la mondialisation des réseaux de distribution de contenus (CDN) et l’efficacité de la mise en cache », des utilisateurs finaux sont encore impactés, déclare Lila Kee, responsable du développement et du marketing produits de l’entreprise. Le problème « se corrigera de lui-même dans 4 jours, à l’expiration des réponses mises en cache ».

GlobalSign reconnaît que la situation n’est pas « pas idéale » et propose, entre-temps, une autre autorité de certification (AC) émettrice que ses clients peuvent utiliser. « Émise à partir d’une autre racine épargnée par la révocation du certificat croisé, cette AC offrira le même niveau de compatibilité et ne nécessitera pas de réémission du certificat », précise GlobalSign.

La page dédiée à l’incident sur le site du fournisseur inclut un FAQ et un guide de résolution des problèmes.

Lire aussi :

OVH propose gratuitement les certificats SSL de Let’s Encrypt

HTTPS : Google bannit les certificats Symantec de Chrome et Android


Auteur : Ariane Beky
Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur