Adobe veut adapter Flash aux moteurs de recherche

Régulations

Le référencement quasi impossible des sites développés en ‘Flash’ limite l’adoption de cette technologie. Mais Adobe aurait trouvé la solution…

Jusqu’alors, les sites Internet ne pouvaient que difficilement adopter la technologie Flash pour autre chose que des bandeaux publicitaires ou la lecture de fichiers multimédias. Le problème vient du fait que les moteurs de recherche ne référencent pas le contenu présent dans un module Flash. Ce qu’un acteur gagne en terme d’ergonomie en construisant son site en ‘Flash’ (ou à partir de Flex), est donc perdu en terme de visibilité.

Une solution classique, mais fastidieuse, consiste à créer des pages web «fantômes» qui reprennent le contenu de l’application Flash, lequel peut alors être référencé par les moteurs de recherche. Ce problème – et le moyen de le contourner – sont les mêmes avec d’autres solutions permettant de créer des applications internet riches (RIA pour rich Internet applications), comme Silverlight ou les applets Java.

Seul Ajax permet de créer des RIA dont le contenu est directement indexable par les moteurs de recherche. Cette technique atteint cependant rapidement ses limites, les applications les plus complexes manquant parfois de fluidité.

Adobe compte changer la donne en offrant à Google et Yahoo une version spéciale de son lecteur qui permettra d’indexer avec précision le contenu texte des applications Flash. En aucun cas, les développeurs auront à changer leur code, car les applications actuelles sont parfaitement compatibles avec cet outil.

Voilà qui pourrait permettre à Adobe de prendre la tête du marché des RIA, en mettant les logiciels Flash/Flex sur un pied d’égalité avec les applications Ajax. Il n’en reste pas moins qu’à défaut de passer le lecteur Flash sous licence open source, de nombreux programmeurs préféreront continuer à ignorer cette technologie pour leurs développements.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur