Adware Superfish : Lenovo veut devenir exemplaire

DSIMalwaresPCPoste de travailProjetsSécurité
Liu Chuanzhi - Lenovo

Lenovo compte réduire drastiquement le nombre des logiciels préinstallés sur ses PC, afin de les rendre plus légers et plus sûrs.

L’affaire Superfish a fait grand bruit. L’intégration par Lenovo d’un adware dans ses machines grand public fait tache sur le CV du constructeur chinois.

La firme tente toutefois de rattraper le coup : guide de désinstallation et outil de suppression (accessible ici) ; rapprochement avec les éditeurs d’antivirus (les solutions de Microsoft sont maintenant capables de retirer Superfish de façon transparente) ; et communication…

La firme précise en effet qu’aucun ordinateur pro, des gammes ThinkPad, ThinkCentre ou ThinkStation, n’est concerné par ce problème. Pour les autres, un abonnement gratuit de 6 mois à McAfee LifeSafe sera prochainement offert par le constructeur.

Électrochoc

Suite à ce séisme, Lenovo a su rebondir : « comme l’ont démontré les événements de la semaine dernière, nos priorités doivent être l’expérience, la sécurité et la vie privée de nos clients. C’est dans cet esprit que nous réduirons de manière significative les applications préinstallées. Notre objectif est clair : devenir le leader des PC plus sûrs, » précise la firme dans un communiqué.

Avec ses machines Windows 10, Lenovo ne proposera plus que l’OS, les pilotes requis, des logiciels de sécurité et les applications Lenovo, à l’exclusion de tout autre produit. Un minimum de logiciels, afin de proposer des PC moins encombrés et plus sûrs. Lenovo compte également publier des informations indiquant précisément à quoi sert chacun des composants ajoutés par ses soins.

À lire aussi :
Superfish : Lenovo reconnaît avoir préinstallé un logiciel espion
Sécurité : 12 autres logiciels sur la trace de Superfish
Lenovo attaqué en représailles de Superfish ?


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur