Android 12 : les grands axes pour les développeurs

MobilitéOS mobiles
Android 12

Google a ouvert aux développeurs une première version d’Android 12. Quels en sont les points saillants, y compris pour les entreprises ?

C’est parti pour Android 12. Google vient d’en publier une première version, à destination des développeurs. Le groupe américain met l’accent sur les changements en matière de sécurité et de vie privée. Par exemple avec l’implémentation, dans WebView, des stratégies de cookies effectives sur Chrome depuis environ un an. Fondées sur l’attribut SameSite, elles limitent l’usage dans des contextes tiers (voir notre article « Chrome 80 : Google change de recette pour les cookies »).

Android 12, c’est aussi davantage de restrictions sur l’accès aux adresses MAC des appareils. L’API ne retourne tout simplement plus aucune valeur. Sur les versions précédentes de l’OS, elle en fournit une, bien qu’il s’agisse d’une « fausse » adresse codée en dur.
Google resserre par ailleurs l’étau sur les applications qui autorisent des actions sur un élément que cache une autre fenêtre. Android 12 bloque, par défaut, ce comportement.

Les entreprises ont également droit à des options supplémentaires de sécurité. Entre autres, la possibilité d’associer à chaque appareil – managé ou disposant d’un profil pro – un identifiant spécifique qui subsiste même en cas de retour à la configuration d’usine. En parallèle, Android 12 bloque l’accès aux autres identifiants uniques (IMEI, MEID, numéro de série).

Sur les appareils personnels dotés d’un profil professionnel, la fonction setRequiredPasswordComplexity() replace setPasswordQuality(). Elle permet de définir un niveau d’exigence de robustesse (haut, moyen, bas ou inexistant) pour le profil pro. Le niveau défini s’applique au compte principal de l’appareil si l’authentification est unifiée.
Avec Android 12, ces mêmes appareils peuvent exploiter le magasin de secrets de l’OS pour la gestion des certificats.

Android 12 timeline

Android 12 : une API unique pour l’insertion de contenu

Côté multimédia, Android s’ouvre au conteneur AVIF. Il introduit aussi, sur les appareils qui enregistrent la vidéo en HEVC (H.265), un mécanisme de conversion en AVC (H.264) pour les applications qui déclarent ne pas prendre en charge ce codec. Sur un Pixel 4, l’opération prend une dizaine de secondes avec une vidéo 1080p à 30 fps.

Il y aussi du changement sur la navigation par gestes. La voilà activée par défaut en plein écran, sauf dans les jeux. Ces derniers sont la première cible d’une autre fonctionnalité qu’apporte Android 12 : le retour haptique par l’intermédiaire du vibreur, en fonction d’une source audio.

Sur le volet insertion de contenu, on a droit à une API unifiée pour toutes les méthodes (presse-papiers, menu latéral, glisser-déplacer…). L’interface OnReceiveContentListener, qu’on greffe à des composants de l’UI, devient l’unique interface de gestion.

API avant
Avant…
API après
… et après.

Illustration principale © etnykCC BY-NC-ND 2.0


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur 
Avis d'experts de l'IT