Autonomy : audit à l’appui, HP confirme avoir été abusé

Régulations

HP estime que les revenus réalisés en 2010 par Autonomy, éditeur britannique acquis par ses soins en 2011, ont été majorés de plus de 50% par rapport à leur niveau réel. La preuve, selon HP, que ce rachat d’environ 11 milliards de dollars était entaché de fraude.

Audit réalisé par Ernst & Young à l’appui, le groupe HP annonce dans un document réglementaire avoir trouvé d’importantes erreurs dans les déclarations financières d’Autonomy pour 2010. C’est la preuve, selon le groupe informatique américain, que l’éditeur de logiciels britannique acquis en 2011, a gonflé ses données financières en amont du rachat.

L’audit porte sur les comptes publiés entre le 1er juin 2009 et le 30 juin 2011 par Autonomy. HP estime que les revenus et profits réalisés en 2010 par l’entreprise ont été majorés à l’époque de plus de 50% par rapport à leur niveau réel. Les anciens dirigeants de l’éditeur britannique rejettent toujours ces accusations. HP, de son côté, parle d’un « effort délibéré » pour induire en erreur les investisseurs et acheteurs potentiels.

Une acquisition calamiteuse

Comment en est-on arrivé là ? À l’initiative de Leo Apotheker, prédécesseur de Meg Whitman à la tête du groupe, HP a racheté Autonomy à l’automne 2011 pour environ 11 milliards de dollars, et ce dans le but de se réorienter vers les logiciels d’infrastructure et les services.

Près d’un an plus tard, HP annonçait une perte record ainsi qu’une charge exceptionnelle de 8,8 milliards de dollars liée à ce rachat « entaché de fraude ». L’affaire a été portée devant les régulateurs américain (SEC) et britannique (SFO). Des enquêtes ont été ouvertes en 2013 des deux côtés de l’Atlantique, l’une par le Département de la justice (DOJ), l’autre par le Conseil de l’information financière britannique (FRC).


Voir aussi :

Quiz Silicon.fr – Connaissez-vous bien HP ?


Auteur : Ariane Beky
Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur