Bourse : Thomson s’intéresse à Thales Multimedia

Cloud

Les places boursières européennes ont profité d’une recrudescence des rumeurs de rachats – sur les télécoms, sur la distribution, sur l’alimentaire – pour se redresser et terminer dans le vert. Les valeurs technologiques se sont faites oublier

Thomson, dont le titre progresse de 1,22%, a confirmé être entré en négociation avec Thales pour la reprise de la filiale Thalès Broadcast Multimédia, fabricant d’émetteurs radio et télévision. La Bourse de Paris s’est redressée, emportée par une nouvelle spéculation sur le groupe Danone avec la rumeur d’une offre de l’américain Kraft Foods. Le CAC40 a gagné 0,29% à 4.588,73 points, mais bute de peu sur les 4600 points. A l’inverse, la Bourse de New York a terminé en légère baisse, à l’image de Google. Si le Dow Jones est resté inchangé à 10.888,16 points, le Nasdaq des valeurs technologiques a reculé de -0,30% à 2.232,71 points. Les indices américains ont été favorables à Wall Street. L’indice Conference Board de confiance du consommateur américain a rebondi à 98,9 en novembre, contre 85 en octobre, nettement au-dessus des attentes des économistes. Autre indice majeur, les ventes de logements neufs ont grimpé de 13% en octobre. Enfin, les commandes de biens durables aux États-Unis ont rebondi de 3,4% en octobre, contre un recul de -2% en septembre. Un rebond qui profite essentiellement au secteur des transports. Là aussi, les économistes attendaient nettement moins. Face au dollar, l’euro continu de se replier et termine à 1,1788 dollar pour 1 euro. Quant au brut, le baril de pétrole continue de se replier, à 56,50 dollars. Les valeurs technologiques continuent d’évolue en ordre dispersé, sans réelle tendance. Iliad a gagné 1,72%, Sopra 0,50%, UbiSoft 0,45%, Alcatel 0,26%. Gemplus a reculé de -1,39%, Business Objects -1,32%, GFI Informatique -0,54%, Capgemini -0,24%, Atos Origin -0,17% On notera que le titre EDF ne cesse de se replier depuis son introduction. Ce mardi, il a reculé de -0,32% à 31,50 euros. A Wall Street, Google a subi les commentaires de Merill Lynch. La banque d’affaires estime que la valorisation boursière du moteur de recherche est “agressivement trop élevée” au moment où la recherche de nouveaux modèles économiques s’impose pour maintenir sa croissance. Une opinion largement répandue auprès des analystes. Le titre a plongé de -4,71%. A l’image de la majorité des technos US, Apple Computer a reculé de -2,24% sous les prises de bénéfice, de même que le géant des enchères en ligne eBay -1,92%.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur