Bull publie un chiffre d’affaires semestriel en recul de 1%

CloudRégulations
4 Curie Bull © CEA

Après avoir renoué avec les bénéfices l’an dernier, Bull a publié une perte nette et vu son chiffre d’affaires reculer de 1% au premier semestre 2013.

Après avoir renoué avec les bénéfices en 2012, Bull a publié jeudi 25 juillet des résultats semestriels impactés par une conjoncture défavorable et la prise en compte de Numergy, fournisseur d’infrastructures de cloud détenu par l’État, SFR et le groupe informatique français.

« La situation économique reste tendue, en particulier en France. Dans ce contexte, je me réjouis particulièrement de notre croissance à l’international ainsi que de la performance de notre division Sécurité », a déclaré par voie de communiqué Philippe Vannier, PDG de Bull.

Une perte nette au premier semestre

Bull a essuyé une perte nette de 5,5 millions d’euros au premier semestre 2013, après avoir généré un profit de 8,5 millions d’euros à la même période l’an dernier.

Par ailleurs, Bull a affiché un chiffre d’affaires semestriel de 606,1 millions d’euros, en léger repli de 1% à taux de change constants et de 1,7% à taux de change courants. Toutefois, l’activité à l’international a progressé de 3,8% grâce à la croissance enregistrée en Europe de l’Est et en Afrique du Nord. Celle-ci a compensé en partie la contraction du marché en France (-4,6%).

L’activité du groupe, marquée par la signature de grands contrats pluriannuels dans le cloud computing et la défense, a également bénéficié d’un effet de rattrapage au deuxième trimestre (+3,4%). En revanche, les revenus avant intérêts et impôts (Ebit) ont diminué de 46% à 10,1 millions d’euros sur le semestre.

En cause : des frais de restructuration de 4,1 millions d’euros, les reports de recette de contrats significatifs vers le troisième trimestre, mais aussi la tension observée sur le marché IT français.

Bull maintient ses prévisions d’Ebit

Malgré des « conditions de marché qui restent incertaines et des perspectives dans certaines zones géographiques, dont la France, qui demeurent moins favorables qu’en 2012 », le groupe indique maintenir son objectif d’Ebit pour l’année 2013, compris entre 40 et 50 millions d’euros.

Sur le deuxième semestre, Bull espère « bénéficier des premiers résultats des plans d’actions sur la profitabilité lancés au premier semestre et de l’enregistrement de certaines recettes contractuelles significatives. » Philippe Vannier conclut : « pour améliorer notre rentabilité, tout le groupe est mobilisé. »


Voir aussi

Quiz Silicon.fr – Connaissez-vous les inventeurs hi-tech européens ?


Auteur : Ariane Beky
Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur