Chute des ventes d'imprimantes en France

Cloud

Les imprimantes mono fonction n’ont plus la côte. Celles dotées du wifi se portent bien. Les lasers aussi.

Le marché de l’impression fait grise mine en France. Selon le cabinet d’analyse GfK, il s’est vendu 4,35 millions d’imprimantes, tous types confondus (mono et multifonctions) sur le territoire en 2009. Soit une baisse de 10 % par rapport à 2008. Une tendance qui va en s’accentuant. Depuis 2006, le marché a baissé de 17 % (avec près de 5,6 millions d’unités). Une chute qui impacte inévitablement les revenus du secteur. Avec 777,6 millions d’euros de chiffre d’affaires, l’industrie modère la baisse en valeur à 6,8 % en 2009.

Sans surprise, les imprimantes monofonction (impression seule) sont les plus touchées par cette «décroissance». Il s’en est vendu un peu plus d’1 million en 2009 accusant une baisse de 16,6 % des ventes. Un secteur sur lequel certains constructeurs, comme Brother, se désengagent totalement. Si les multifonctions (impression, scanner, copie, fax) se portent mieux avec 3,3 millions de modèles vendus, ils n’en accusent pas moins une baisse annuelle de 4 %. Quant aux machines dédiées à l’impression photo pour les particuliers, leur déclin est nettement amorcé avec une chute de 26 % des ventes… qui s’ajoutent au plongeon de 50% l’année d’avant. Les services d’impression depuis les commerces physiques ou en ligne s’étant largement multipliés, ils constituent une alternative très concurrentielle aux solutions d’impression photo personnelle.

Certes, la crise explique en partie ces mauvais chiffres, les entreprises reportant leurs investissements à des jours meilleurs (et les particuliers réduisant leurs dépenses ou les consacrant à d’autres choix). Mais le marché de l’impression est avant tout victime du mouvement de dématérialisation qui s’inscrit dans le développement des organisations. Ainsi, les e-mails sont de plus en plus souvent archivés sur serveur qu’imprimés systématiquement. D’autant qu’ils sont également beaucoup consultés en mode de mobilité sans réelle solution d’impression à portée de main. Les documents administratifs (factures, comptabilité, bon de commande, rapports, etc.) sont eux-aussi de plus en plus fréquemment stockés ou traités sous forme immatérielle. Toute cette mise en chantier des traitements numériques des documents imprimables réduit ainsi considérablement les besoins d’impression.

Pour freiner cette inexorable chute (même si le « bureau sans papier » reste encore un concept difficile, si ce n’est impossible, à mettre en œuvre dans les faits), les constructeurs poursuivent leurs innovations. Les imprimantes wifi, notamment, se multiplient et constituent 30 % des ventes en 2009. Les fabricants se tournent aujourd’hui vers les imprimantes connectées à Internet ainsi que les systèmes 3D. Les imprimantes laser séduisent également de plus en plus avec une croissance de 17 % tandis que les modèles jet d’encre multifonctions chutent de 6 %. En revanche, le fort rentable marché des consommables (encres, toner, cartouches…) se maintient avec une hausse de 1 %.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur