Cisco accuse Arista de violation de brevets

RégulationsRéseaux

Cisco a déposé deux plaintes contre son concurrent Arista qu’il accuse de viol de brevet et même d’avoir copié les manuels d’utilisations. Jusqu’aux fautes de grammaire.

Cisco attaque son concurrent Arista Networks en justice. Il l’accuse de viol de propriété intellectuelle sur des technologies de commutateur réseau. L’entreprise de John Chambers a déposé pas moins de deux plaintes, vendredi 5 décembre, devant un tribunal californien.

La première (disponible ici) accuse Arista d’avoir violé douze technologies à travers quatorze brevets dont ceux portant sur le système de base de données (SysDB), les ports VLAN privés (Private VLANs), l’interface de commande, ou la gestion du plan de contrôle (CoPP). Autant de technologies incontournables dans les routeurs et switches pour la construction des datacenters. L’autre plainte (visualisable ) porte sur le matériel soumis à copyright propre aux manuels qui accompagnent les produits Cisco. Selon l’entreprise de San Francisco, Arista a copié les modes d’emploi jusque dans les fautes grammaticales.

Une stratégie, pas un accident

« La copie d’Arista était une stratégie, pas un accident », déclare Mark Chandler dans un billet de blog. Il rappelle que « en 13 ans en tant qu’avocat général de Cisco, je compte sur les doigts d’une main le nombre de fois où nous avons initié des poursuites à l’encontre d’un concurrent, un fournisseur ou un consommateur ». Façon de dire que le viol de propriété intellectuelle d’Arista, c’est du sérieux. « Notre action aujourd’hui s’appuie sur le principe que, pour être performant dans la technologie, il faut innover, pas copier. »

Mark Chandler ajoute qu’aucune implémentation qu’aurait copiée Arista n’est intégrée comme un standard technologique. « Elles ont été brevetées par des personnes qui ont travaillé pour Cisco et sont maintenant chez Arista, ou d’anciens responsables exécutifs », ajoute l’avocat. Arista a effectivement été créé par d’anciens du numéro un des équipements réseau d’entreprise. Notamment Jayshree Ullal, aujourd’hui CEO d’Arista, qui a passé 15 ans chez Cisco avant d’en partir en 2008.

Arista se défend

De son côté, Arista déclare avoir tout juste pris connaissance des plaintes et n’a pas eu le temps de les étudier, rapporte NetworkWorld. Membre du bureau de direction d’Arista, Dan Schienman se défend néanmoins en avançant que EOS, l’OS réseau des produits maison, a été développé depuis zéro sur la base des technologies pionnières internes. Il considère également que la plainte de Cisco use d’une méthode d’intimidation qui vise à essayer de ralentir la concurrence « qui innove et gagne ». Entré en Bourse en juin dernier, le concurrent de Cisco est aujourd’hui valorisé 5 milliards de dollars.


Lire également
Les raisons du divorce entre Cisco et EMC


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur