Cobalt 6.1: la stratégie 100% smartphone de PalmSource

Régulations

L’éditeur mise beaucoup sur ces combinés intelligents qui allient fonction téléphoniques et PDA. Son dernier OS apporte son lot de nouveautés

PalmSource est-il en train d’abandonner son positionnement original, à savoir la conception de systèmes d’exploitation pour PDA? On pourrait le croire tant la stratégie et la communication de l’éditeur américain se tournent aujourd’hui résolument vers les smartphones.

Selon, Jean-Marc Holder, directeur marketing pour PalmSource, “les investissements vers les autres segemenets de marché seront plus sélectifs”. Il faut dire que si le marché des PDA classique a tendance à s’effondrer (Sony vient d’ailleurs de le quitter), celui des smartphones explose. Le groupe mise sonc désormais sur ces combinés multimédias intelligents qui allient fonctions téléphoniques, PDA, messagerie, Internet. Ces terminaux se vendent comme des petits pains notamment auprès des professionnels. Surtout, PalmSource observe deux marchés à attaquer: les utilisateurs basiques et les utilisateurs à valeurs ajoutée. L’éditeur pense apporter une solution pour ces deux marchés à la différence de la concurrence. En Europe, PalmSource doit se battre contre les leader que sont Symbian (Symbian OS utilisé notamment chez Nokia ou Sony-Ericsson) et Windows Mobile (Microsoft) et dans une moindre mesure Linux. Mais contrairement aux USA où PalmOS est dominant, en Europe, “le marché est encore très ouvert”. Afin de séduire opérateurs et fabricants, PalmSource annonce la sortie de Cobalt 6.1, dernière évolution de son OS pour smartphones. Le système d’exploitation présente son lot de nouveautés. L’ergonomie a été revue. La navigation peut se faire à une main: une fonction fortement demandée par les utilisateurs selon PalmSource. Mais le plus important concerne évidemment les capacités techniques. Cobalt 6.1 supporte ainsi le GPRS, le Wi-Fi et Bluetooth. Le passage à la 3G exigera néanmoins des adaptations. Il supporte également des connections multiples notamment en USB et des écrans VGA ou QVGA, beaucoup plus confortables lorsqu’onn navigue par exemple sur le Net. Il intègre un nouveau navigateur (Palm Web Browser 3.0), censé être plus rapide et plus fiable. Il est possible de zoomer sur une page wap ou web. Les pages en Flash sont lisibles et Java est intégré. Par ailleurs, un nouveau système d’installation (PalmSource Installer 1.0) permet de télécharger et d’installer des logiciels en une étape au lieu de quatre. La configuration est automatique (reconnaissance du terminal, de la langue…). Sur le terrain de la sécurité, on observe aussi quelques innovations bienvenues. L’ouverture de ces terminaux, leur connection permante, constituent en effet un danger pour les entreprises: risque de détournement d’information, d’injection de codes malicieux… Par ailleurs, les premiers vers pour mobiles ont fait leur apparition. Cobalt 6.1 intègre ainsi des couches de sécurité à bas niveau et notamment la fonction “Trusted Desktops” qui interdit au terminal de se sychnroniser sur des PC non définis. Il sera également possible aux fabricants de terminaux d’intégrer à Cobalt un anti-virus spécifique à l’image de Nokia et de F-Secure pour le Communicator 6650. Enfin, PalmSource annonce la disponibilité du service mail de Blackberry intégré à son OS. Ce service, disponible dans certains mobiles et dans les terminaux Blackberry, permet de recevoir simplement et automatiquement (push e-mail) ses mails en mobilité. Très apprécié, Blackberry cartonne actuellement auprès des entreprises. Il sera présent dans Cobalt en fonction des besoins des opérateurs. Mais il ne pourra pas être téléchargé a posteriori par les utilisateurs. Bref PalmSource estime mettre toutes les chances de son côté pour obtenir une part importante du gâteau. Les premiers résultats sont là puisque le groupe fait état, au titre de son premier trimestre, d’une perte réduite à 165.000 dollars, contre 3,788 millions de dollars un an auparavant. Il annonce par ailleurs 11 nouveaux terminaux motorisés par son OS pour 2004-2005.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur