Comment Microsoft fait la fortune d’Opera Software…

Régulations

Internet Explorer n’est pas tout à fait en situation de monopole. Avec quelques noms comme Netscape, Mozilla ou Firefox, de rares concurrents émergent pour quelques pourcentages du marché. Opera Software survit car il s’est ancré sur les mobiles. Jon S. von Tetzchner, son dg fondateur et développeur, explique son positionnement Linux
et MacOSX )))

Ce vendredi 20 août, l’éditeur a présenté ses résultats pour le second trimestre au 30 juin 2004: miraculeusement bons! La société norvégienne se réjouit d’un chiffre d’affaires de 13 millions d’euros. Or, après examen, il est clair qu’un sérieurx coup de pouce est venu de l’arrangement à l’amiable conclu avec Microsoft: le montant du dédommmagement pour concurrence déloyale avait été chiffré à 12,75 millions. Donc ce boom des ventes aurait une explication.

Opera Software n’a pas voulu ni confirmé, ni infirmé le montant du chèque, ni son signataire. De même, Microsoft a refusé tout commentaire. Il est vrai que, depuis quelques temps déjà, Big Bill sort son portefeuille pour éviter des poursuites. L’offensive avait été lancée par l’éditeur du pays des Vikings lorsqu’il a pu prouver qu’une partie du code d’Internet Explorer était responsable du comportement curieux de certaines versions de son navigateur Opera. Mais ce n’est pas l’argent de poche donné par Microsoft qui fera à terme la fortune d’Opera. L’éditeur persévère néanmoins comme principal développeur de navigateur pour les mobiles et prévoit des chiffres mirifiques. En 2005, le chiffre d’affaires cumulé devrait frôler les 132,5 millions de couronnes norvégiennes, contre 31,7 millions l’an passé. Par ailleurs, le résultat net serait en hausse de 20,5 % par rapport à l’exercice passé. Bref, les affaires seraient au beau fixe pour le navigateur viking. Le browser est ainsi désormais en ‘bundle’ sur tous les nouveaux mobiles Nokia. Il est également question de négociations avec Motorola, intéressé par ses déveoppements. Jon S. von Tetzchner, dg du groupe confirme: “Nous nous attendons à conforter notre montée en puissance grâce au développement des mobiles 2,5 et 3G “.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur