Des Assises numériques coopératives pour un plan gratis

Régulations

Eric Besson précise les modalités du déroulement des ‘Assises du Numérique’, qui ont démarré ce matin à l’université Dauphine : des assises coopératives pour un plan à zéro euro

« C’est une prise de risque ». Eric Besson, secrétaire d’Etat au développement de l’économie numérique, a ainsi qualifié la démarche choisie pour mener les ‘Assises du Numérique’, lors d’une conférence de presse, ce 29 mai. Ces rencontres doivent servir de terreau à l’élaboration du plan numérique que le secrétaire d’Etat doit remettre au premier Ministre avant le 31 juillet.« La facilité consistait à faire de l’interministériel. C’est la tentation pour les gouvernants. Mais, malgré des délais courts, nous allons ouvrir le débat, parce que c’est ce qu’attend le milieu du numérique. Le gouvernement met sur la place publique ses pistes de travail et propose de les amender en fonction des propositions. »

27 pistes

« Ces vingt sept pistes de travail portent une ambition : faire de la France une grande nation numérique » a précisé le secrétaire d’Etat. De fait, validées par le premier Ministre à l’issue d’une conférence interministérielle, elles traitent des sujets les plus divers, du très haut débit à la TNT, en passant par l’utilisation des TIC dans l’éducation, la santé, ou encore l’équipement des foyers en matériel informatique. « Le spectre est volontairement large. Nous prétendons aborder toutes les questions liées au numérique » a expliqué Eric Besson. Parmi elles, on trouve effectivement des « pistes » comme la fédération des initiatives d’aide à l’équipement des particuliers, sur une plate -forme commune, mais également les dispositifs déjà prévus par la loi sur la modernisation de l’économie, discutée cette semaine à l’Assemblée nationale, comme le fibrage obligatoire des immeubles neufs pour 2010 et 2012, en fonction de leur taille.

90 ateliers

C’est dans 90 ateliers environ, qui se tiendront tout au long du mois de juin, que seront discutées ces propositions. Les internautes peuvent également intervenir sur les ‘wikis’ et ‘forums’ consacrés à chacun de ces ateliers. « Nous expliquerons aux personnes qui ont fait des contributions pourquoi elles n’ont pas été retenues. Il faudra faire la synthèse de toutes les contributions. Cela va être une charge de travail très lourde. Les Assises se terminent fin juin, et nous devrons être en état de faire des propositions au premier Ministre mi juillet ».

C’est l’équipe du cabinet, – une dizaine de personnes -, qui sera chargée de cette mission.

Et zéro euro

« Je ne dispose pas de budget. En théorie, si on réussit l’exercice, ce plan ne doit rien coûter à l’Etat. Quand on écoute les acteurs du numérique, ils demandent surtout un cadre clair, des investissements lourds en haut et très haut débit. Mais là, ce n’est pas forcément à l’Etat d’intervenir, surtout que les finances publiques sont contraintes » . Sur le déploiement du très haut débit, notamment, pour lequel Christian Paul, député de la Nièvre, appelle à un investissement de l’Etat, Eric Besson considère, lui, que “à titre personnel, quand il existe un opérateur historique qui a un ebitda qui paraît de qualité, à qui faut-il penser en priorité pour financer ?” .

Bref, retour aux fondamentaux : « Le rôle de l’Etat est de fixer un cadre juridique. Ma conviction est que si on fait cela, le marché régulé va porter l’offre».


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur