Edge computing : Nvidia lance EGX pour les entreprises

CloudDatacentersServeurs

Pour tirer le meilleur des objets connectés et de leurs capteurs, Nvidia EGX compte s’appuyer sur l’intelligence artificielle pour traiter les données en temps réel et localement.

Nvidia a profité du salon Computex à Taiwan pour annoncer l’arrivée de sa plate-forme dédiée à l’edge computing : Nvidia EGX.

Elle permettra d’utiliser l’intelligence artificielle pour traiter localement en temps réel les données collectées par les capteurs des objets connectés.

Partant du constat que d’ici 2025, 150 milliards de capteurs et d’appareils IoT transmettront via la 5G des données nécessitant d’être traitées, Nvidia compte déporter localement la puissance de calcul plutôt que de la concentrer dans les data-centers.

Nvidia EGX repose sur un partenariat avec Red Hat et OpenShift

La plate-forme EGX s’adresse essentiellement aux marchés de la télécommunication, la médecine, la vente au détail et le transport.

Pour le matériel, Nvidia EGX est évolutif. L’offre débute ainsi avec le petit Jetson Nano fort en IA, pour aller jusqu’au surpuissants racks de serveurs Nvidia T4. 

Au niveau logiciel, la plateforme repose sur un partenariat avec Red Hat et OpenShift,  la plate-forme d’orchestration de conteneurs Kubernetes pour entreprises.

Une version optimisée de Nvidia Edge Stack est aussi de la partie. Enfin du côté du cloud hybride, les solutions AWS IoT Greengrass et Microsoft Azure IoT Edge peuvent être exploitées.

Les fabricants de serveurs ont adopté EGX

Nividia indique que les plus grands fabricants de serveurs ont adopté EGX  – ATOS, Cisco, Dell EMC, Fujitsu, Hewlett Packard Enterprise, Inspur et Lenovo – et des principaux fabricants de systèmes IoT, notamment Abaco, Acer, ADLINK, Advantech, ASRock Rack, ASUS, AverMedia, Cloudian, Connect Tech, Curtiss-Wright, Sugon et Supermicro.

Par ailleurs, une quarantaine d’entreprises ont déjà développé des projets sur Nvidia EGX. C’est le cas de Foxconn. «Les chaînes de production de PC sont limitées par la vitesse d’inspection car il faut actuellement quatre secondes pour inspecter manuellement chaque pièce. Notre objectif est d’augmenter le débit de la chaîne de production de PC de plus de 40% en utilisant la plate-forme  pour une prise de décision intelligente en temps réel. “ explique Mark Chien, son directeur général.

Lire aussi :