Emploi: la transformation numérique, une priorité RH contrariée

CloudGouvernanceJuridiqueLegislationProjetsRégulations
gestion-RH-transformation-numerique-cornerstone

La transformation numérique est une priorité freinée par les difficultés de recrutement de talents et la résistance au changement, selon une enquête IDC/Cornerstone.

L’étude commandée par Cornerstone OnDemand a été présentée cette semaine lors du Salon RH Lyon.

1469 responsables RH et managers opérationnels ont été interrogés par le cabinet IDC pour le compte de l’éditeur de solutions de gestion du capital humain.

Les répondants travaillent dans des entreprises de plus de 500 salariés dans 14 pays européens, dont la France.

Dans l’Hexagone, 86% des managers considèrent la transformation numérique comme une priorité business. De plus, 84% pensent que les RH ont un rôle actif à jouer dans cette transformation.

Pour en témoigner, 82% mettent à disposition des équipes des outils permettant l’accès aux données de l’entreprise depuis des sites distants.

Par ailleurs, 72% autorisent “le travail à domicile”. Ces taux sont proches de la moyenne européenne, selon l’étude disponible en téléchargement.

Résistance au changement

En revanche, l’adoption de modèles d’affaires numériques semble moins aisée en France qu’ailleurs en Europe.

La résistance “culturelle” (45% en France, 43% en moyenne), les difficultés de recrutement (32%, contre 27%) et de rétention des talents (30%, contre 25%) sont considérés comme les principaux freins à la transformation numérique.

Par ailleurs, 29% des professionnels interrogés en France (32% dans tous les pays couverts par l’enquête) considèrent les systèmes d’information existants comme un autre obstacle.

Le manque de technologies innovantes à disposition arrive ensuite (24% en France, 21% en Europe). Mais tous les managers disposent de solutions métiers.

Les outils de recrutement (pour 73% des répondants en France), de gestion de la paie (73%), des talents (71%) et de la performance des collaborateurs (70%) sont les plus souvent cités comme “satisfaisants”.

Ce taux n’est plus que de 63% pour les outils de formation. Il descend même sous les 50% pour la planification de la main d’oeuvre.

Lire également :

Emploi : réconcilier l’humain et la machine pour une IA éthique

Emploi : quelles compétences dans une France impactée par l’automatisation

crédit photo © Rawpixel-Shutterstock


Auteur : Ariane Beky
Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur