Ergonomie: poignets douloureux, ‘syndrome du canal carpien’

Régulations

Parmi les troubles musculo-squelettiques liés à la position de travail sur un clavier d’ordinateur, la main est susceptible de contracter des douleurs dans la zone dite du “canal carpien”, une pathologie d’origine professionnelle en forte expansion

Les TMS ou troubles musculo-squelettiques sont des pathologies professionnelles liées à l’hyper sollicitation qui affecte les muscles, les tendons et les nerfs des membres et de la colonne vertébrale.

Historiquement connu dans le secteur industriel, le phénomène gagne le monde du tertiaire: il enregistre une progression et représente aujourd’hui 16,5 % des maladies professionnelles reconnues. En 2003, plus de 24.000 cas de TMS ont été reconnus en France. Avec l’usage du clavier et de la souris, par la généralisation de l’ordinateur et des accès à Internet, les TMS tendent à se multiplier, jusque chez les particuliers. Une enquête du Ministère du travail estime que, dans le monde professionnel, il y a 3 millions de personnes qui travaillent sur ordinateur en France et qui sont potentiellement exposées. Le poignet, victime du ‘syndrome du canal carpien’

Principale cible des TMS déclarés comme maladie professionnelle, le poignet. Les mouvements répétitifs de la main et les positions non naturelles entraînent une hyper flexion et une hyper extension. La préhension serrée, les tensions mécaniques exercées sur la paume des mains, les vibrations et l’appui carpien prolongé combiné aux vibrations entraînent le syndrome du canal carpien. Ce trouble affecte donc plus particulièrement la zone du canal carpien, c’est-à-dire l’étroit passage situé au niveau de la face antérieure du poignet, délimité par les os du poignet et un ligament rigide – aussi appelé ligament transverse – qui relie les os les uns aux autres. Le canal carpien renferme le nerf médian et les tendons des muscles fléchisseurs des doigts. La compression du nerf médian engendre un gonflement des tendons voisins dans le canal carpien, qui peut alors être compressé et douloureux, ce qui représente environ la moitié des TMS et enregistre une croissance constante. Les symptômes sont des picotements dans le pouce, l’index, le majeur et l’annulaire, et des douleurs nocturnes. Mais ces douleurs ne se limitent pas à la main et peuvent s’étendre aussi au bras et à l’épaule. Paradoxalement, c’est généralement la main active qui est la moins affectée. La cause en est simple, un droitier par exemple saisira sur le clavier alphabétique, mais aussi sur le clavier numérique et déplacera régulièrement sa main droite afin de manipuler la souris. Une gymnastique permanente qui participe quelque peu à la résistance du poignet droit. En revanche, le poignet gauche se limite à des saisies sur le clavier alphabétique, ainsi qu’à des mouvements peu naturels du type des raccourcis clavier avec la touche Ctrl et une touche de lettre. Attelle, opération, ou révision de l’ergonomie du poste de travail Le traitement du syndrome du canal carpien varie selon le stade du syndrome. Au premier stade, le port d’une attelle la nuit ou des infiltrations de corticoïdes peuvent suffire. À un stade plus douloureux, la chirurgie s’impose. On procède alors à l’ouverture du ligament annulaire du carpe qui forme le canal carpien et on enserre le nerf médian comprimé. 80 000 opérations ont lieu par an en France, souvent suivies d’une réadaptation fonctionnelle par de la kiné. En revanche, les récidives de sont pas rare. Le clavier étant aujourd’hui le principal outil de saisie sur les ordinateurs, le syndrome du canal carpien s’inscrit dans un cercle vicieux dont on ne peut sortir qu’en adoptant une stratégie de prévention, en redessinant le poste et les outils de travail. L’exemple d’Intel est tout à fait significatif. La société a pris rapidement conscience du danger que pouvait représenter ce risque du travail. La majorité des salariés étant équipés d’ordinateurs portables, ils disposent aujourd’hui sur leur bureau d’un support qui permet de surélever l’appareil et donc de disposer d’une meilleure position de son utilisateur. Un clavier confortable et une souris sont fournis en complément. Dans le cadre de l’ergonomie du poste de travail, le clavier a fait l’objet de nombreuses recherches, en particulier de la part de Microsoft. La deuxième partie de cet article se consacre à la découverte des travaux réalisés par l’éditeur en la matière.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur