Fondation MariaDB : la communauté reprend la main sur MySQL

Bases de donnéesLogicielsOpen Source

La gouvernance de la base de données open source MariaDB est confiée à une fondation indépendante. De quoi assurer son avenir, mais aussi convaincre les entreprises. Comment va réagir Oracle ?

Michael Widenius, David Axmark et Allan Larsson, les trois développeurs à l’origine de l’outil open source de gestion des bases de données  MySQL se sont associés pour lancer la fondation MariaDB.

Voulu pour être un successeur de MySQL, MariaDB a été créé suite au rachat de Sun Microsystems par Oracle. À bien des égards, MariaDB est à MySQL ce que LibreOffice est à OpenOffice : une tentative de reprise en main du projet par la communauté.

« MariaDB poursuit le projet débuté il y a 18 ans lorsque nous avons fondé MySQL, avec un code maintenu par la même équipe. Alors que nous nous dirigeons vers MariaDB 10, le moment est venu de sauvegarder les intérêts des utilisateurs et des développeurs via un organisme indépendant », a déclaré David Axmark.

La création d’une fondation permettra de pérenniser cette offre, en lui assurant une gouvernance indépendante. Des sociétés comme Monty Program, SkySQL et Percona participeront activement aux travaux de la fondation. Un million d’euros ont été injectés dans cette nouvelle structure.

Aller plus loin que MySQL…

En plus de garantir l’avenir de MariaDB, la fondation aura également pour charge d’améliorer son interopérabilité avec d’autres offres, par exemple des bases de données tierces, transactionnelles ou NoSQL. Un moyen de s’émanciper encore plus d’Oracle, qui n’ose aller sur ces marchés avec MySQL, de peur de concurrencer ses autres solutions.

Rappelons que 5 jours avant la création de la fondation, Monty Program et SkySQL livraient des connecteurs C et Java pour MySQL sous licence LGPL, levant ainsi une barrière importante dans cette offre et rendant de fait caduque le besoin d’obtenir une licence propriétaire de MySQL auprès d’Oracle lorsque ce produit est utilisé dans un projet non open source.

On se demande bien maintenant ce qu’Oracle va faire de son produit, qui devrait encore céder du terrain suite à ces annonces. La firme en abandonnera-t-elle la gouvernance à la fondation Apache, comme elle l’a fait pour OpenOffice ?

Crédit photo : © Kuzma – Shutterstock


Voir aussi
Solutions Linux / Open Source 2012 : regain de vitalité pour les communautés


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur