Le numérique une opportunité mal perçue par le top management français

Régulations

Capgemini Consulting publie le nouvelle édition de son étude sur les Français au travail. À l’inverse de leurs homologues étrangers, les dirigeants français sont encore peu nombreux à percevoir la composante numérique comme un facteur clé d’évolution.

Neuf ans après la première édition d’une étude sur les Français au travail, Capgemini Consulting publie, en partenariat avec TNS Sofres, la seconde édition de son enquête. À l’heure de la transformation numérique des organisations, le top management français reste très frileux.

« La résistance au changement n’est pas là où on l’attend. Certes, la société française, ses organisations, ses salariés, ne sont pas les plus spontanément attirés par le mouvement lui-même. Mais ce conservatisme, si l’on en croit nos données, semble encore plus marqué dans le haut de nos pyramides organisationnelles que dans le bas », commentent les auteurs de l’étude « À l’écoute des Français au travail – 2014 ».

Le facteur numérique divise

À l’inverse de leurs homologues étrangers, les cadres dirigeants français sont peu nombreux (20%) à percevoir la composante numérique comme un facteur clé d’évolution. En revanche, 87% des salariés français ont une perception positive des outils du numérique. « On peut considérer que cette posture recouvre une opportunité unique pour le monde du travail français qui n’en a pas beaucoup », explique Patrick Benoit, vice-président de Capgemini Consulting, le pôle conseil en stratégie et transformation du géant français des services informatiques.

Autre point positif, malgré l’expression d’une défiance chez 41% des salariés en France tant à l’égard du management que des représentants du personnel, le travail reste perçu comme un facteur d’accomplissement.

Les dirigeants français à la traîne

À l’étranger, le numérique est considéré comme positif pour la performance des organisations par 45 à 70% des top managers interrogés. La France est à la traîne.

« Pour qui veut s’en saisir, les technologies numériques ouvrent des voies pour repenser la coopération et la production de valeur avec l’écosystème de nos organisations, mais également pour simplifier des organisations devenues trop complexes tout en favorisant décloisonnement, responsabilité et initiative collectives et individuelles. Elles offrent des alternatives positives à nombre de nos modèles à bout de souffle », estime Patrick Benoit. « Il nous paraît donc indispensable que les équipes dirigeantes des organisations françaises réinterrogent leur conviction commune sur l’enjeu numérique », ajoute-t-il.

L’étude promue par Capgemini Consulting et TNS Sofres a été réalisée en janvier 2014 auprès d’un échantillon représentatif de salariés d’entreprises de toutes tailles et d’administrations dans 7 pays (France, Allemagne, Espagne, Royaume-Uni, Brésil, Chine, États-Unis). Au total, 7800 répondants se sont exprimés, dont 3000 en France.


Voir aussi

Arnaud Bouchard (Capgemini Consulting) : « La transformation digitale est stratégique pour le dirigeant d’entreprise »

Les salariés Français mêlent vie privée et pro en toute insécurité


Auteur : Ariane Beky
Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur