Google insuffle 5,625 millions de dollars dans le logiciel libre

Régulations

C’est la somme que devra verser la compagnie à ses étudiants et aux organismes de tutelle si les projets du GSoC 2008 sont menés à bien

Si le Google Summer of Code 2007 (GSoC) avait rassemblé 900 développeurs, la session 2008 en compte 1.125. Un record pour la compagnie, qui doit maintenant signer un chèque de 562.500 dollars.

Notez que si tous les projets sont menés à terme, l’enveloppe totale sera de 5,625 millions de dollars (4.500 dollars pour chaque étudiant, le reste étant versé aux organismes de tutelle). C’est un effort sans précédent dans le monde open source car, rappelons le, le GSoC ne finance que des projets de ce type.

177 organisations se partageront ainsi plus de 259 années-homme de développement, le tout payé intégralement par Google. Les projets sont trop nombreux pour que nous les citions ici. Voici toutefois quelques exemples de travaux qui toucheront le domaine des logiciels grand public :

– L’import OOXML d’AbiWord sera amélioré ;

– Le rendu du codec Dirac sera accéléré par les GPU ;

– Le bloc note Tomboy (sous Gnome) pourra enregistrer des notes vocales ;

– Inkscape reconnaitra les fontes SVG ;

– L’interface de NetSurf (un navigateur Internet ultra léger) sera améliorée ;

– Le rendu des fichiers H.264 sera accéléré sous VLC ;

– Le WebKit supportera les WebForms 2.0.

etc.

Bien évidemment, certains de ces projets ne seront pas menés à leur terme : c’est cependant une condition requise si l’étudiant souhaite toucher la totalité des 4.500 dollars qui lui sont promis.

L’Android Developer Challenge (ADC) est une autre initiative destinée aux programmeurs. Elle prend la forme de deux concours, pourvus chacun de 5 millions de dollars de prix (un est en cours, l’autre sera lancé au second semestre). Le but est ici de créer des applications en Java pour la plate-forme mobile Android de Google (sous Linux). Les applications n’ont toutefois pas a être sous licence open source. 1.788 logiciels ont été proposés pour la première session de l’ADC.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur