Google (suite): la fin du PageRank ?

Régulations

Avec le rachat de la très jeune start-up Kaltix et de ses outils de recherche personnalisée et sensible au contexte, Google va renforcer ses algorithmes d’extraction des résultats et pourrait réduire l’importance du PageRank dans ses classements

L’originalité du moteur de recherche de Google, qui entre pour une part importante dans la qualité de ses résultats, provient de la prise en compte du nombre de liens qui pointent vers le site indexé à partir d’autres sites présents dans la base, le PageRank.

Avec le PageRank, le classement classique des pages Web à partir du taux de pertinence des mots clés qui les composent se trouve en partie bouleversé, les sites bénéficiant d’un important volume de liens profitent d’un bonus qui influe positivement sur leur classement.

Cette technique, qui a fait la réputation de Google, n’est plus aujourd’hui l’apanage exclusif du moteur, qui doit affronter d’un côté Yahoo!, avec la finalisation prochaine de l’acquisition d’Overture, de All The Web et d’AltaVista, et de l’autre côté Microsoft qui développe en interne un moteur de recherche destiné à MSN. Sans oublier IBM qui se lance dans la course !

Recherche contextuelle et personnalisation

L’acquisition de la start-up Kaltix, à peine âgée de trois mois, risque de bousculer la donne et de relayer le PageRank au rang d’une technique dépassée. En effet, la société issue des recherches de trois étudiants de Stanford ? un parcours proche des fondateurs de Google, eux aussi étudiants de cette université à la création de la technologie du moteur ? s’est faite remarquer dans le milieu de la recherche sur le Web en développant des solutions originales de personnalisation et de la ‘contextualisation’ de la recherche en ligne.

Google et Kaltix partagent un engagement commun pour le développement de technologies de recherche innovantes qui permettront de trouver l’information plus rapidement, plus facilement et avec plus de pertinence” a déclaré le fondateur de Google, Larry Page, dont l’origine universitaire à Stanford a dû faciliter le contact avec Kaltix.

Cette acquisition n’est pas la première. En début d’année, Google a en effet fait l’acquisition de l’ontologie CIRCA de Applied Semantics, une technologie destinée à comprendre, organiser et extraire des connaissances présentes sur les sites Web, et en proximité du mode de pensée humaine.

Avancer, toujours, et plus loin !

Face à l’évolution technologique annoncée de sa concurrence, Google ne dispose plus que de sa réputation et de son nom, qui d’ailleurs à lui seul suffit encore à alimenter sa notoriété. Mais pour combien de temps ?

Du côté des résultats proposés par le moteur, la pertinence se dégrade, entre les liens sponsorisés, le forcing sémantique de certains sites, comme les comparateurs de prix, et l’apparition d’annuaires d’affiliations, qui détournent les résultats à leur profit !

Les résultats pertinents, les sites au contenu qualifié qui répondent réellement aux requêtes de l’internaute, sont de plus en plus repoussés hors des premières pages, avec ou sans PageRank ! Une faille dans l’image de Google liée à l’évolution d’Internet, et à la maîtrise des professionnels du positionnement des sites sur les outils de recherche et des ‘marketers’.

La fin du PageRank ? Certes non, mais un tournant cependant, et une évolution prochaine certaine, afin de faire remonter la pertinence des pages proposées en résultats, et d’affronter une concurrence qui s’annonce rude !


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur