HGST/Western Digital va bien et se lance dans le service

DSI

La filiale Entreprise de Western Digital profite de l’explosion des données, innove avec un disque à l’hélium et se lance dans le conseil. Entretien avec Nicolas Frapard, directeur des ventes EMEA.

HGST (ex Hitachi Global Storage Technologies) est, depuis presqu’un an, filiale du groupe Western Digital. Pour renforcer sa position sur le marché des entreprises, Western Digital vient de racheter Arkeia, spécialiste américain de la sauvegarde de données (éditeur et fournisseur d’appliances).
SiliconDSI a donc reçu Nicolas Frapard, directeur des ventes EMEA chez HGST pour faire un point sur l’intégration d’HGST et Western Digital, sur le marché et les technologies.

Nicolas Frapard
Nicolas Frapard

Le feuilleton du rachat d’HGST par Western Digital a plutôt été mouvementé. Où en êtes-vous ?
L’acquisition a été finalisée en mars 2012, avec des obligations imposées par les autorités de régulation européenne et chinoise.
Suite à la demande de l’Europe,  HGST (à l’époque Hitachi GST) a cédé son activité s3,5 pouces au niveau mondial au profit de Toshiba. L’opération incluait le transfert de technologies et d’équipement, mais Western Digital conserve son usine de Shenzhen en Chine.
Pour se mettre en conformité avec les exigences chinoises, Western Digital devait distinguer ses activités d’intégration et donc séparer ses activités. Désormais, la holding Western Digital Group gère deux filiales : Western Digital et HGST, indépendantes et concurrentes sur ce marché.
Et cela vaut même pour les activités de recherche et développement qui doivent rester distinctes, sauf autorisation expresse des autorités chinoises pour certains travaux à long terme.
En mars 2014, le groupe Western Digital pourra faire étudier à nouveau la situation par les autorités chinoises.

Quels ont été les impacts sur les activités et résultats de la société ?
Malgré toutes ces obligations et les diverses péripéties depuis plusieurs mois [NDLR : voir notre article], les deux entreprises s’en sortent bien économiquement.
Au quatrième trimestre 2012, la holding affiche un chiffre d’affaires de 3,8 milliards de dollars, avec une marge de près de 30% et un bénéfice net de 335 millions de dollars. En outre, le groupe dispose de 3,8 milliards de dollars de cash, pour un endettement de 2,1 milliards.
Pour son premier trimestre 2013 (au 30 septembre 2012), le Groupe Western est fortement positionné sur le marché du disque dur avec une part de marché de 44,9%, suivi par Seagate à 40% (dont la reprise de Samsung) et de Toshiba à 15%.

85 % des données resteront sur disque
85 % des données resteront sur disque

Comment est organisée l’activité sur le marché des entreprises ?
La principale raisons du rachat d’HGST visait à occuper une place plus importante sur le stockage d’entreprise et sur le cloud. Deux axes désormais stratégiques pour le Groupe.
Les activités entreprises sont organisées en deux pôles : la mobilité avec des disques dur 2,5 pouces (grand public, TPE et mobilité), et le stockage des datacenters et sur le cloud.
L’arrivée de Google ou Amazon  a dynamisé l’essor du cloud. Applications transactionnelles, décisionnelles, en temps réel, Big Data, réseaux sociaux, vidéo HD, smartphones… les usages se multiplient sur ces types d’infrastructure. Autant d’applications diversifiées qui nécessitent un stockage évolué.
C’est pourquoi, outre la fabrication de matériel, HGST propose désormais un accompagnement aux entreprises pour penser l’architecture cloud, différente d’un système d’information d’entreprise traditionnel.


Auteur : admin
Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur