IBM joue au voiturier

Sécurité

Avec Smarter Parking Starter Kit, IBM propose un outil d’optimisation aux gestionnaires de parcs auto et municipalités.

Dans le cadre de son programme de « villes intelligentes » (smarter cities), IBM s’attaque à la problématique de l’engorgement des parkings automobiles. Avec l’appui de Streetline, société basée à San Francisco spécialisée dans les capteurs de distance, Big Blue présente le Smarter Parking Starter Kit, une solution centralisée dans le cloud, destinée à optimiser le taux de remplissage et la rentabilité des parkings en zone urbaine, induisant notamment une fluidification du trafic.

Sous la direction de Vinodh Swaminathan, directeur du pôle des systèmes de transport intelligents, les équipes de Big Blue se basent sur un constat établi dans une vingtaine de villes du globe et motivé par le recueil d’impressions auprès de quelques 8000 automobilistes citadins. La conclusion est unanime et remet en question l’efficacité présumée des infrastructures de stationnement en milieu urbain. Pour y remédier, IBM souhaite « analyser chaque emplacement comme un actif fiscal pour en déterminer la valeur réelle et mieux le gérer ».

Le concept s’articule autour d’une plate-forme matérielle transposée dans le cloud. Il s’apparente à un système embarqué, un marché dont le cabinet IDC prévoit qu’il générera 2 milliards de dollars annuels à l’horizon 2015. Implantés au nombre de deux sur chaque place de parking, les capteurs de Streetline vont détecter l’éventuelle présence d’un véhicule, puis analyser le terminal de paiement et son compteur intégré pour déterminer si l’usager s’est bien acquitté de la somme exigée.

La BI de Cognos aux commandes

L’ensemble des données ainsi collectées transitent par un réseau sans fil Mesh (chiffré en 128 bits) vers une passerelle qui pointe en direction d’un serveur central. Celui-ci génère, via le logiciel de BI Cognos, des tableaux statistiques à destination des autorités publiques, lesquelles disposent alors d’une arme de choix dans la lutte contre l’engorgement du trafic, la fraude aux parcmètres et la vacuité persistante de certains espaces de stationnement. En contrepartie, les conducteurs en quête d’un endroit où immobiliser leur véhicule (ils représentent 30 % de la circulation en ville, selon IBM) trouveront leur compte dans une application pour smartphones, indique ITespresso.fr.

A terme, l’interface pourrait permettre la connexion à une plate-forme unique dédiée à des opérations à distance : prolonger la durée de son stationnement, s’enquérir des places libres, voire interroger le Smarter Parking Starter Kit pour savoir celles qui sont susceptibles de se libérer à proximité…


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur