Investissements IT : les projets des grosses PME

Régulations

Selon une étude d’IBM, relation-client et gestion des processus sont au coeur des défis

Quels sont les projets des PME en termes d’investissements IT ? IBM a posé la question à près de 1.200 décideurs exécutifs de PME (de 100 à 999 salariés) dans le monde, dont une centaine en France.

Trois domaines semblent faire le consensus. Pour plus de 82% des décideurs interrogés, l’efficacité opérationnelle et les opérations commerciales représentent les points critiques. « Ces professionnels sont certes attentifs à la réduction des coûts mais leur focus est porté plus particulièrement sur la capacité de leurs employés à réaliser leur travail respectant délais et qualité. Cette volonté impacte à la fois les ressources et le planning des processus clés de l’entreprise, notamment la gestion de la chaîne clients/ fournisseurs, la gestion des inventaires, etc », commente IBM. 83% des sondés considèrent les relations clients (CRM) comme fondamentales. L’importance est donnée également sur le fait fidéliser les clients, comprendre leur métier pour les accompagner dans leur propre capacité d’innovation.

Enfin, les trois quarts de ces leaders sont très sensibles à la gestion des processus et notamment à l’impact que cela peut avoir sur le respect des réglementations et procédures légales.

Du coup, 42% des patrons de PME interrogées considèrent qu’ils doivent faire évoluer le fonctionnement de leur entreprise pour générer de la croissance. Ces transformations, et donc les investissements, se porteront sur les outils de gestion centralisée des services et sur l’outsourcing des activités n’appartenant pas au coeur de métier de l’entreprise.

Par ailleurs,« l’ouverture des marchés et les partenariats grandissants, le besoin d’éliminer tout service récurrent devient extrêmement présent. Le défi informatique pour le supporter l’est tout autant », souligne IBM.

Autre défi prévus par ces PME : la gestion de la continuité opérationnelle, de la sécurité et des fournisseurs est citée par 80% des sondés.

Mais seulement 27% d’entre eux ont déjà investi dans une infrastructure IT leur permettant d’assurer la continuité opérationnelle des activités en cas de problème ; seulement 1 sur 3 ont réalisé un projet solide pour leur sécurité informatique et moins de 20% se sont dotés d’une infrastructure leur permettant de mieux gérer leurs fournisseurs.

« Les freins à ces investissements sont dus en particulier au manque de compétences technologiques de leurs équipes, au temps de mise en œuvre jugé trop long et à l’impact budgétaire de tels projets », explique IBM.

Enfin, IBM note la montée en puissance d’investissements émergents : 64% ont décidé d’investir à moyen terme dans le Knowledge Management et les RH. Aujourd’hui, seulement 16% d’entre eux l’ont effectivement fait.

60% affirment qu’il est urgent de mieux maîtriser la dépense énergétique liée à leur entreprise, et notamment leurs salles informatiques hébergeant des serveurs. Aujourd’hui, plus de 10% ont déjà investi en ce sens que ce soit en virtualisant leurs machines, en repensant le design des salles, l’implantation des allées et les systèmes de refroidissement de leurs salles IT.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur