La confidentialité des conversations GSM n’est plus garantie !

Sécurité

L’algorithme de chiffrement utilisé par 80 % des communications mobiles n’est maintenant plus totalement sûr.

Karsten Nohl vient de lancer un pavé dans la mare des opérateurs de télécommunication. Ce spécialiste de la sécurité a réussi à casser le système de chiffrement A5/1, utilisé pour la transmission de 80 % des conversations GSM.

Il a présenté le résultat de ses travaux lors du 26e Chaos Communication Congress, organisé par le célèbre Chaos Computer Club. Voici un lien pointant vers la présentation effectuée lors de cette occasion. Au final, il aura fallu 23 ans pour découvrir comment casser l’algorithme A5/1. Il est vrai que les tables permettant de décoder les flux chiffrés pèsent 128 petaoctets et nécessiteraient plus de 100 000 ans de temps de calcul pour être traitées sur un unique PC.

Le spécialiste allemand a résolu le problème de deux façons. Tout d’abord, il a défini un livre de codes d’une taille de seulement 2 To, qui reste toutefois suffisant pour déchiffrer 50 % ou 99 % des communications (suivant les cas). De plus, il a mis à profit les technologies modernes (GPU Computing ou utilisation de composants reprogrammables), afin d’accélérer la vitesse de calcul. Avec un ensemble comprenant 40 GPU CUDA, trois mois sont suffisants pour casser un flux. Un réseau de calcul distribué sera parfaitement en mesure d’effectuer cette opération en quasi temps réel.

L’A5/1 Cracking Project permet d’accéder au code source des outils utilisés par Karsten Nohl. La communauté les a adaptés à des composants capables d’effectuer des traitements parallèles à grande vitesse, comme les GPU ou le Cell. Les tables de codes ne sont pas publiques, mais il semblerait qu’elles soient accessibles sur les réseaux P2P. Au préalable, il conviendra de capturer les flux, une opération réalisable à partir de certains récepteurs, coûteux, mais distribués dans le commerce.

Certes, le code utilisé pour l’A5/1 peut être modifié afin de rendre le livre de codes inexploitable. De plus, les opérateurs prévoient de basculer vers l’A5/3, un algorithme plus robuste. Karsten Nohl n’est cependant pas optimiste : décrypter de tels flux est toujours possible (quoique la puissance de traitement nécessaire soit encore hors de notre portée) et l’A5/3 utilise les mêmes clés que l’A5/1, ce qui constitue une faiblesse en terme de sécurité.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur