Le réseau électrique américain piraté ?

Sécurité

Des hackers auraient réussi à s’introduire dans l’architecture électrique des Etats-unis. Les soupçons se portent vers la Russie et la Chine

Malgré les précautions du président Barack H. Obama ainsi qu’une rallonge budgétaire du département de la Défense de 100 millions de dollars, le réseau électrique américain est en danger.

A en croire une information du Washington Post, des hackers auraient donc réussi une manœuvre d’intrusion pour analyser l’architecture électrique du pays. Pire, ils auraient installé des programmes qui pourraient être utilisés pour perturber le système. A l’appui, un constat des services de renseignements qui auraient relevé de plus en plus d ‘intrusions dans les systèmes critiques du pays.

Dans les colonnes du quotidien leWall Street Journal, le directeur du service national des renseignements, Dennis Blair, a affirmé : “Les Chinois ont tenté de cartographier nos infrastructures, comme le réseau électrique, les Russes aussi”.Le plus inquiétant dans cette histoire est que les intrusions ont été découvertes par les services de renseignement américain et non pas par les responsables sécurité des réseaux touchés.

Même si aucun dégât n’a été constaté, les enquêteurs ont découvert des virus disséminés dans le système qui pourraient fonctionner comme des bombes à retardement. “Si nous entrons en guerre avec eux, ils vont essayer de les activer”, a indiqué le responsable.

Et de poursuivre : “ces dernières années nous avons observé des cyberattaques sur les infrastructures clés à l’étranger et beaucoup de nos propres réseaux sont tout aussi vulnérables. Plusieurs nations, dont la Chine et la Russie peuvent mettre à mal le système de communication américain“.

Des menaces dont on parle souvent mais dont la teneur et la source sont toujours difficiles à établir. Pourtant sont en jeu cette fois des infrastructures clés comme les ressources en eau potable ou l’alimentation de secteurs entiers d’habitation voire d’industries critiques.

De leur côté, la Russie et la Chine contestent ces accusations en estimant ne pas projeter de telles attaques. Au contraire, les deux Etats condamneraient tout acte de cybercriminalité. Pour autant reste en suspens la question du type de personnes intéressées par ce type d’informations. Il est connu que certains Etats se servent des outils de la cyberguerre pour mener leurs activités d’espionnage des réseaux étrangers.

Déjà, face au constat de la hausse des attaques des infrastructures américaines, Joel Brenner, le patron du contre-espionnage au bureau du Directeur du renseignement national tentait une explication : “Les systèmes gouvernementaux sont constamment attaqués. Nous constatons une augmentation continue et considérable de l’activité cybercriminelle et d’espionnage“. On imagine dès lors les conséquences que pourrait avoir ce type d’intrusion sur le réseau électrique qui alimente tout le reste…


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur