Lenovo ThinkPad X1 : l’ultraportable des cadres ?

Le ThinkPad X1 de Lenovo est un ordinateur ultraportable qui s’adresse aussi bien aux professionnels qu’aux particuliers. Léger (1,7 kg), il n’en reste pas moins pourvu d’un écran LCD de 13,3 pouces et d’un processeur Intel Core i de dernière génération (« Sandy Bridge »). Nous avons déjà eu l’occasion de décrire les caractéristiques principales de cette machine. Toutefois, nous allons approfondir aujourd’hui cette étude, dans le cadre d’un essai réalisé au sein de nos locaux.

Nous faisons fi ici des benchmarks et autres tests avancés, pour nous concentrer sur un usage professionnel, combinant bureautique, accès à Internet et multimédia de base. Dans ce contexte, l’ergonomie, la fiche technique et l’offre logicielle de cet ultraportable restent les éléments les plus importants.

Une ergonomie sans failles, digne de Lenovo

Le design de la machine est une preuve du savoir-faire de la firme. Épuré, le X1 adopte des matériaux qui ont le bon goût de ne pas se laisser facilement marquer par les doigts. La connectique est particulièrement bien disposée. Sur les côtés se trouvent une prise combinée entrée et sortie audio (nous aurions préféré deux connecteurs séparés), un lecteur de cartes mémoire et une prise USB 2.0. À l’arrière sont disposés des sorties HDMI et Display Port, une prise e-Sata, un connecteur USB 3.0 et un port Ethernet Gigabit. Une offre complète et bien pensée.

À l’ouverture de la machine, l’écran de 13,3 pouces saute immédiatement aux yeux. De fait, il est protégé par une glace de type Gorilla, qui empêche les rayures, le rend très peu sensible aux traces de doigts, mais offre également une surface assez brillante (malgré un traitement antireflet visiblement assez efficace). Le tout reste parfaitement lisible en présence d’une forte lumière. Dans un environnement sombre, les choses deviennent limites, les reflets étant nombreux. Lenovo compense en partie ce défaut par une dalle LCD plus lumineuse que la moyenne.

Le clavier est un modèle chiclet, un choix imposé par la finesse de cette machine. Toutefois, les touches ont une taille et une course plus importantes que celles des claviers des netbooks. De plus, elles sont légèrement incurvées. Le tout est d’autant plus confortable que le X1 est pourvu de très nombreux raccourcis système. Petit bonus, ce clavier dispose même d’une fonctionnalité de rétro-éclairage. Seul regret, les touches de direction sont ridiculement petites. Dommage.

Passons enfin au dernier point, les périphériques de pointage. Le X1 dispose de deux dispositifs : un mini joystick, assisté de trois boutons (dont un dédié au défilement) et un touchpad de grande taille. Le premier est toujours aussi efficace, mais nécessitera un certain temps d’adaptation. Le second est au premier abord peu pratique, car les boutons sont fondus dans le touchpad. Ainsi, si vous n’y prenez pas garde, un clic droit peut rapidement se transformer en un clic gauche.

Un rapide tour dans l’outil de configuration du touchpad montre toutefois qu’un clic avec deux doigts permet d’appeler le menu contextuel avec bien plus de fiabilité. Ce dispositif pourra donc être aisément adapté à vos habitudes… à condition de passer quelques minutes à tester les options disponibles, lesquelles sont très nombreuses. Petit défaut, le passage du trackpoint au touchpad induit une petite latence, presque imperceptible, mais bien réelle. Aussi, s’il vous prenait l’envie d’utiliser les boutons du trackpoint en conjonction avec le touchpad, vous vous apercevriez rapidement que cela n’est pas très optimal.

Globalement, le ThinkPad X1 propose une ergonomie irréprochable. Attention toutefois, car contrairement à d’autres ultraportables, certaines fonctionnalités (clavier et dispositifs de pointage en tête) sont hautement flexibles. Pour en profiter au mieux, un passage dans la documentation et les paramètres de configuration reste obligatoire. Ce notebook se doit d’être domestiqué avant d’être apprécié à sa juste valeur.

Une fiche technique impressionnante… pour un ultraportable

Sur le papier, la fiche technique du ThinkPad X1 est assez classique. Toutefois, elle est exceptionnelle au regard de la finesse et du poids de l’engin. Ainsi, Lenovo n’a pas opté pour des composants basse tension, mais pour des Core i standards. Ceci a un impact énorme sur les caractéristiques de cette machine et sur son autonomie.

Le modèle qui nous a été livré comprend un processeur bicœur Intel Core i5-2520M pourvu de 3 Mo de mémoire cache de second niveau et cadencé à 2,5 GHz. Ce dernier offre tous les derniers raffinements : instructions 64 bits, virtualisation avancée, hyperthreading, accélération matérielle du chiffrement, support du vPro, etc. Le Turbo Boost permet de porter la fréquence de fonctionnement de l’ensemble à 3,2 GHz, lorsqu’un seul cœur est utilisé.

La solution graphique est intégrée au processeur. Il s’agit d’une Intel HD Graphics 3000 cadencée entre 650 MHz et 1,3 GHz. Ce module est bien plus rapide que précédemment, mais ne saurait en aucun cas remplacer une carte graphique dédiée dans le cadre de lourds traitements 3D. Le véritable problème réside ici dans l’incapacité de cette solution à gérer l’OpenCL ou DirectCompute. Cela sera ennuyeux pour certains usages, comme le multimédia avancé, même si la présence des instructions AVX et de l’accélération matérielle des encodages vidéo Quick Sync permet en partie d’atténuer ce défaut. Autre point quelque peu décevant, l’écran est certes très lumineux, mais il propose une résolution limitée à 1366 x 768 points. C’est bien pour de la bureautique, moins pour d’autres utilisations.

Notre configuration comprenait également 4 Go de DDR3 et un disque dur de 320 Go (fonctionnant à 7200 tours par minute). C’est donc à bien des égards un modèle intermédiaire que nous avons testé, le X1 pouvant être livré avec 8 Go de mémoire vive et un module de stockage SSD de 160 Go. À l’usage, cette machine s’est montrée aussi performante qu’un PC de bureau, ce qui tranche avec les ultraportables classiques, qui – pour réduire leur consommation électrique – adoptent en général des composants assez lents (processeur et disque dur). Bon point pour les haut-parleurs, étonnamment puissants pour un produit aussi compact.

Reste le difficile problème de l’autonomie. Avec un processeur dont la consommation peut à elle seule atteindre les 35 W, et une batterie interne somme toute minimaliste, le X1 ne fera pas de miracles. Si vous l’utilisez au maximum de ses capacités, l’autonomie de ce notebook pourra aisément descendre en dessous des deux heures (et le ventilateur se fera entendre, quoiqu’il soit très discret). Toutefois, pour des tâches classiques (bureautique et un peu de web en Wifi), le cap des trois heures et demie sera rapidement franchi. Mieux, un mode d’économies d’énergie maximal permet de grimper à quatre heures et demie, voire cinq heures.

Le X1 restera donc avant tout une machine à utiliser à proximité d’une prise de courant. Un PC idéal pour les cadres, qui pourront aisément assurer une réunion avec cette machine. Une fois leur bureau regagné (et le transformateur branché), retour à des performances dignes d’un PC standard. Si la batterie est petite, il convient de noter qu’elle se charge rapidement : nous sommes passés de 0 % à 80 % en 30 minutes, auxquelles il fallut ajouter encore 30 minutes pour arriver à une charge complète.

Que faire en cas de déplacement plus important (par exemple, la couverture d’un salon, ou la présence à un séminaire) ? Lenovo y a pensé, en proposant une batterie secondaire de type « slice ». Cette dernière est ultrafine et couvre une grande partie du dessous de la machine. Une fois installée, elle double l’autonomie du ThinkPad X1, en le rendant toutefois moins fin et plus lourd (mais ceci sans en casser les lignes). Un bon choix qui permettra de transformer cet ultraportable pas très autonome en un portable bien plus indépendant.

Une offre logicielle complète et discrète

Le Thinkpad X1 que nous avons testé était fourni avec une licence de Windows 7 Édition Professionnelle 64 bits. Le tout est livré avec les outils de Lenovo, qui se montrent suffisamment efficaces pour que l’envie ne vous prenne pas (trop vite) de les désinstaller au bout de quelques jours.

La patte Lenovo se ressent tout d’abord sur le temps de démarrage du notebook. Des pilotes optimisés par le constructeur permettent d’optimiser cette phase. Le temps de boot est donné pour 20 secondes, mais encore faut-il savoir ce que l’on mesure… et dans quelles conditions. Sur notre machine de test, le temps séparant l’appui du bouton de l’obtention d’un bureau utilisable prend une minute et vingt-cinq secondes. Ce n’est pas exceptionnel, mais cela reste effectivement plus court que les chiffres relevés sur d’autres machines.

Les utilitaires Lenovo se concentrent en trois logiciels. Le premier est le la ThinkVantage Toolbox, du tout-en-un pour configurer, optimiser et tester son PC. Le second est Access Connections, qui concentre toutes les connexions sans fil (Wifi, 3G ou WiMAX, suivant les cartes installées dans votre X1). Le dernier est le gestionnaire d’alimentation Lenovo. Si vous souhaitez tirer le maximum d’autonomie de cette machine, c’est cette application qu’il faudra étudier de près. Attention, car, comme pour le touchpad, le mode avancé propose un nombre assez important de paramètres. Mais le jeu en vaut la chandelle : bien réglé, ce portable pourra proposer une autonomie maximale, ou – au contraire – des performances totalement débridées.

Les outils fournis par la firme ne sont ni trop nombreux, ni trop gourmands en ressources. Ils ont même le bon goût de s’intégrer parfaitement à la nouvelle barre des tâches de Windows 7.

Pour qui et à quel prix ?

À l’issue de cette prise en main, il nous semble évident que le ThinkPad X1 est avant tout une machine de cadres, de ceux qui volent de réunion en réunion, mais ont besoin malgré tout d’emporter une machine puissante avec eux. Au besoin, la batterie « slice » permettra de sortir du cadre du bureau.

Notez que, si vous souhaitez une autonomie par défaut élevée et pouvant même dépasser les 20 heures (flotte commerciale, etc.), passez votre chemin : le X1 n’est pas fait pour vous. Optez plutôt pour un produit plus baroudeur, comme le X220, dont la dalle permettra également de supporter les pires conditions de lumière.

À ce jour, seule une version du X1 est référencée sur le site de Lenovo, le NWK2NFR, facturé au prix fort de 2673,06 euros TTC. Notez toutefois que ce modèle de haut de gamme inclut 8 Go de mémoire vive et un SSD de 160 Go. Son temps de démarrage devrait donc être bien plus faible que celui mesuré sur notre machine de test. La large quantité de mémoire vive permettra d’utiliser sans crainte des outils de virtualisation desktop. Le tout est garanti trois ans, batterie incluse.

Enfin, il convenait de signaler certains points concernant la maintenance de cette machine. Changer la mémoire vive ou le disque dur promet d’être sportif. Par contre, la batterie interne, de type inamovible, peut être facilement remplacée par du personnel agréé, puisqu’il suffit de retirer une simple vis. Enfin, le bloc d’alimentation n’est pas le plus discret du marché, mais c’est un modèle standard, commun à la plupart des ordinateurs portables de la firme (tous ?). Une excellente initiative.

Dernier point, qui pourrait intéresser certains utilisateurs, le support des distributions Linux Ubuntu 11.04 et Fedora 15 est parfait : tous les périphériques sont immédiatement reconnus, module 3G inclus (seul un petit problème audio a été constaté avec certains logiciels sous la Fedora). Le ventilateur a toutefois tendance à fonctionner trop souvent (ce qui pourra se régler en modifiant les paramètres de fréquence du processeur). L’autonomie ne sera donc surement pas au top.