Les jeunes veulent payer leur place de cinéma avec leur téléphone

Logiciels

L’offre applicative des équipementiers, Alcatel-Lucent en premier lieu, permet aujourd’hui d’utiliser son téléphone mobile pour effectuer des achats. Il ne reste plus qu’à convaincre les opérateurs de déployer ces services. Les plus jeunes, eux, sont déjà convaincus.

Payer ses achats courants avec son téléphone mobile. Si la technologie, notamment NFC (Near Field Communication) le permet aujourd’hui, les services tardent à se mettre en œuvre. En France, des expérimentations sont en cours, notamment à Nice. Une expérimentation portée dans un programme plus vaste de 12 projets visant à développer les technologies sans contact sur le territoire national.

Reste que les usages des paiements mobiles tardent à décoller. Au grand dam des jeunes, révèle une enquête interne qu’Alcatel-Lucent a menée l’été dernier auprès des membres de son Youth Lab. Soit 226 personnes issues de France, Espagne, Brésil, États-Unis, Royaume-Uni, Chine, Mexique, Allemagne, Italie et Japon. Selon les résultats, pas moins de 81 % des sondés voudraient remplacer leur porte-monnaie par leur téléphone. Plus étonnement, 89 % d’entres eux seraient même prêts à payer pour payer avec leur terminal.

L’enquête met notamment en lumière « l’attrait pour les scénarios d’application et la possibilité de gagner du temps grâce à ces applications ». L’idée de pouvoir payer sa place de cinéma sans faire la queue arrive en tête des possibilités apportée par le paiement mobile. Les «coupons localisés» et les «coupons basés sur les profils» attirent 75 % des intéressés.

Les usages vont bien au-delà du seul paiement sans contact. Ils visent à concrètement autoriser tous types de transaction depuis le téléphone. Relié à ses comptes bancaires, cartes de crédits et autres compte de téléphonie mobile, le terminal se présenterait comme un véritable terminal de paiement numérique qui, du même coup, serait en mesure de gérer les cartes de fidélités, coupons promotionnels et autres cadeaux tout en offrant la consultation des différents comptes et services quel que soit l’heure et le lieu de la consultation.

Vers la fin des cartes (physiques) de fidélité?

La multiplication des cartes de fidélités propre à chaque enseigne qui encombrent toujours un peu plus nos portes-feuilles sera-t-elle bientôt un vague souvenir? L’étude ne le dit pas. En revanche, elle met en avant les trois applications les plus demandées (au-delà de 85 % dans les priorité des sondés): le solde de portefeuille et la vérification des transactions en temps réel; le paiement des transports publics par téléphone mobile; et la réception de billets électroniques.

Du pain béni pour l’équipementier qui propose le mobile wallet service (MWS ou service de porte-monnaie mobile) aux opérateurs. « Le MWS est une solution clés en main qui permet aux opérateurs mobiles de vendre à leurs abonnés des services de paiement mobile et des programmes marketing pour les paiements de personne à personne, des coupons de proximité (NFC) personnalisés ou des services de commerce mobile », rappelle Toon Coppens, directeur Marketing Produit du service de portefeuille mobile d’Alcatel-Lucent.

Il convient cependant de noter que l’échantillon de sondés n’est pas forcément représentatif de la population générale des consommateurs. D’abord par la jeunesse de son âge, et ensuite parce qu’il s’agit d’une population familière avec les technologies mobiles. La plupart d’entres eux étant déjà familiers avec les services de micropaiements depuis le téléphone à travers, notamment, l’achat de sonneries. Il n’en reste pas moins que la démocratisation du téléphone mobile et la diversité de ses usages en font le terminal de choix pour les transactions monétaires.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur