Les partisans du Blu-ray veulent faire taire les cassandres

Cloud

Malgré la morosité du marché, les Blu-ray Partners restent confiant sur l’avenir du format

Pour les Blu-ray Partners, un conglomérat (lobby ?) regroupant de grandes entreprises soutenant le format de haute définition, la progression de la galette bleue est tangible.

Sur le marché américain, 10,7 millions de lecteurs et 21 millions de galettes Blu-ray ont été commercialisés au cours de l’année 2008. En France, les ventes sont restées plus timides. Plus de 130.000 lecteurs de salon ont trouvé preneur. La PS3 et les lecteurs intégrés aux PC ont respectivement été vendus à 1,5 million et 220.000 exemplaires.

Malgré ces chiffres relativement peu élevés, aucun doute ne semble subsisté quant à une percée future du Blu-ray pour les partisans du disque bleu. “Les ventes du Blu-ray sont supérieures à celles réalisées par le DVD au moment de son lancement“, assure le très optimiste Arnaud Brunet, secrétaire général du groupement d’industriel.

Très critique vis-à-vis des chiffres régulièrement avancés sur le Blu-ray, Daniel-Georges Levi, président de l’association et vp chez Walt Disney France précise qu’ “en moyenne, les titres[Blu-ray] représentent 20% des ventes totales de DVD sur les titres récents”. La vidéo à la demande (VOD) ne semblerait pas non plus tenir la comparaison avec le Blu-ray. “Les ventes de Blu-ray sont supérieures à celles de la VOD” affirme Daniel-Georges Levy.

Si les prévisions pour 2009 restent incertaines, le répertoire français devrait se densifier en accueillant 1.500 références supplémentaires. En 2010, la galette bleue devrait concentrer 58% de part de marché sur l’ensemble de la vente de DVD.

Le Blu-ray évolue

Pour favoriser l’acceptation du format, de nouvelles formules ont émergé ces derniers mois. Le ‘Blu-ray live’ permet par exemple aux possesseurs de connecter la platine de lecture à internet et d’obtenir ainsi des contenus exclusifs. D’autres nouveautés, la fonction ‘Digital copy’ qui permet de faire une copie privée (avec ou sans DRM ?) ainsi qu’une version 3D du Blu-ray complètent l’éventail d’originalités.

De nouvelles offres devraient également voir le jour. Disney, pourrait, dans un futur proche, proposer des packs comprenant un DVD classique et un Blu-ray pour pousser l’adoption du nouveau format. La formule, déjà testée aux Etats-Unis semble avoir porté ses fruits. La solution du DVD hybride “n’est pas à l’ordre du jour“, indique Daniel-George Lévy.

Les autres studios ne devraient pas être en reste. “Nous regardons“, assure Marie-Claire Mrejen, directrice marketing exécutive chez Warner. “Nous souhaitons nous aussi rendre le format plus accessible et favoriser le basculement vers le Blu-ray. Nous aurons peut-être recours à des initiatives différentes”, poursuit-t-elle.

Malgré tout, le prix d’un lecteur Blu-ray, hors PS3, demeure assez élevé. Avec une somme de “295 euros en moyenne“, le ticket d’entrée reste cher, même si une “baisse entraînée par la nature du marché” devrait intervenir au cours des prochains mois.

Néanmoins, pour les Blu-ray Partners, le gros du chemin a été fait. “Les gens connaissent le Blu-ray”. Très bien. Il ne leur reste plus qu’à l’acheter.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur