Les USA testent un code couleur d’identification des passagers suspects

Sécurité
Des services passagers grâce à la géolocalisation

Chaque voyageur qui empruntera un avion aux Etats-Unis se verra attribuer un code de couleur qui qualifiera sa dangerosité!

Loin de faire l’unanimité, même aux Etats-Unis, le CAPPS II (

Computer Assisted Passenger Pre-Screening System II) ou ‘Terrorism Thread Index’ est censé se généraliser prochainement. Il s’agit d’un système de reconnaissance faciale auquel devra se plier tout voyageur transitant par un aéroport américain. Cette technologie existe mais elle manque encore d’expérimentation en situation réelle. Elle vient de se voir associer une codification de couleur qui sera assignée à chaque voyageur identifié. Son principe est élémentaire : – Vert: le voyageur accède aux avions sans difficultés, – Jaune: le risque est mineur mais le voyageur devra se soumettre à un nouveau test, – Rouge: le voyageur se voit interdire l’accès au vol et est interpellé par la police en vue d’être questionné voire arrêté. Il est vrai qu’avec ce système, les tâches des services de sécurité seront simplifiées : un passage devant la caméra, et une action selon la couleur qui s’affiche. Mais le système sera-il vraiment efficace ? La Transportation Security Administration espère que seulement 8% des passagers seront codifiés JAUNE, et 1% à 2% ROUGE par le ‘Terrorism Thread Index’. 8% seulement ? C’est déjà beaucoup trop! Les organisations américaines de défense des citoyens montent au créneau. La Constitution américaine stipule que ‘toute personne est présumée innocente tant que sa culpabilité n’a pas été prouvée‘ ? Imposer un code couleur à une personne sans rien connaître d’elle, et sans que rien ne puisse lui être reproché, est donc contraire à la Constitution. Et même totalement inefficace, puisque comme tout système d’identification basé sur des critères prédéfinis, ces derniers peuvent être facilement détournés. Mais surtout qu’en cas d’intervention suite à un code Jaune ou Rouge, il suffira selon la loi américaine de faire appel au nom de la constitution pour que le passager affirme qu’il n’est pas un terroriste, ce que le programme CAPPS II ne peut d’ailleurs démontrer ! Et la American Civil Liberty Union démontre que l’usage du ‘Terrorism Thread Index’ sous-entend que chaque américain est suspect, puisque soumis à un contrôle facial. Mais il y a plus grave: ce système pourrait être une porte ouverte sur des abus manifestes, avec violation de la vie privée. Entre autres points, l’administration américaine omet de dire quels sont les critères physiques qui permettront d’identifier des personnes, suspectes -terroristes ou non? Cette information est tenue secrète. Au final le ‘Terrorism Thread Index’ risque de n’être qu’une gigantesque machine à ‘délits de faciès’, dont 1 à 2% des américains ou visiteurs étrangers seront systématiquement victimes. 2 millions d’adultes terroristes potentiels, c’est plus que les activistes d’Al Qaïda et du Hamas réunis!…


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur