L’OS gamer, business et embarqué FreeDOS fête ses 20 ans

Open SourcePoste de travail

Clone open source du DOS, FreeDOS est toujours activement maintenu, 20 ans après sa création. Ses usages sont multiples, y compris dans le monde professionnel.

C’est le 29 juin 1994, que James Pratt – alors étudiant à l’université du Wisconsin (États-Unis) – annonçait le lancement du projet PD-DOS sur les newsgroups : « Il y a quelques mois, j’ai posté des articles concernant la création d’une version de DOS placée dans le domaine public. Le support à ce projet s’est montré solide, et beaucoup de personnes étaient d’accord avec l’énoncé suivant : ‘start writing!’. J’ai donc commencé. »

Vingt ans plus tard ce projet est devenu FreeDOS, un clone open source des OS présents sur les premiers PC x86. Parfaitement compatible avec les offres de Microsoft, ce système d’exploitation apporte même de multiples nouvelles fonctionnalités, comme par exemple l’accès aux disques de grande taille formatés en FAT32.

Des usages variés

L’utilisation de FreeDOS qui vient immédiatement à l’esprit est le monde du jeu, cet OS permettant de réutiliser de vieux titres. Toutefois, ce système propose également des usages business. Tout d’abord afin de faire fonctionner sur des machines modernes (ou au sein de machines virtuelles), des applications initialement conçues pour MS-DOS.

Autre secteur, l’électronique embarquée. Nombre de cartes de développement x86 low cost peuvent ainsi bénéficier de cet OS plus léger qu’un noyau Linux et permettant aux applications d’être en ‘prise directe’ avec le hardware, chose parfois appréciable.

FreeDOS peut ainsi s’avérer un allié précieux pour des produits comme le x86Duino (voir l’article « DM&P défie Intel avec un Arduino x86 à 39 dollars ») ou d’autres solutions compatibles 486SX.

Sur le même thème
Microsoft libère le code source du DOS et de Word pour Windows
MS-DOS a 30 ans, et freeDOS toutes ses dents

Crédit photo : © IBM


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur