Mandriva donne un coup d’accélérateur à la phase de démarrage de Linux

Logiciels

Speedboot a plus un effet psychologique qu’une réelle incidence sur le temps de démarrage

Avec Speedboot, Mandriva accélère le démarrage de son système d’exploitation Linux Mandriva. La technique consiste à charger uniquement les éléments nécessaires au bon fonctionnement de l’interface graphique, le reste étant reporté à plus tard.

Cette stratégie est identique à celle employée par Microsoft, pour des OS tels Windows XP, Windows Vista ou Windows 7. Pour le premier, le bureau s’affiche très rapidement, mais l’utilisateur devra attendre quelques secondes de plus avant de pouvoir travailler. Pour les deux autres, le travail est possible presque immédiatement après l’affichage du bureau.

Actuellement, Speedboot est entre les deux : le bureau s’affiche nettement plus vite, mais l’utilisateur devra attendre un peu avant de pouvoir travailler. Le véritable argument est donc plus d’ordre psychologique : certaines personnes pensent parfois – à tort – que les OS Microsoft démarrent plus rapidement que les distributions Linux. Et pourtant, la phase complète de démarrage de Windows 7 prend jusqu’à dix minutes, alors que pour Linux elle reste en dessous de la barrière de la minute.

Nos confrères de Phoronix ont testé cette nouvelle fonctionnalité en vidéo. Le résultat est plus qu’intéressant. Système de fichiers ext4, démarrage ultra rapide de Moblin, réduction du temps de démarrage des futures Fedora, Mandriva et Ubuntu ; la course aux performances bat son plein dans le monde Linux. Voilà une excellente nouvelle pour les utilisateurs.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur