Nathalie Kosciusko-Morizet : « La ville de Paris doit faire plus pour ses start-up »

Régulations

La candidate UMP à la mairie de Paris, Nathalie Kosciusko-Morizet, se penche sur la politique de la capitale en faveur des start-up. Et estime que la mairie doit aller plus loin dans la promotion de ses jeunes pousses.

Candidate à la mairie de Paris, Nathalie Kosciusko-Morizet était la seule personnalité politique présente lors du concours du Meilleur Dev’ de France, qui se tenait en fin de semaine dernière dans les locaux de 42, l’école d’enseignement alternatif de la programmation ouverte par Xavier Niel.

Celle qui, sous la présidence de Nicolas Sarkozy, a occupé les fonctions de secrétaire d’État chargée de la Prospective et du Développement de l’Économie numérique, explique d’abord s’être déplacée pour des raisons personnelles, « par reconnaissance pour mes camarades d’écoles d’ingénieurs qui m’ont aidé à surmonter les cours d’informatique ». Domaine qui n’était pas son point fort, avoue-t-elle.

Surtout, en vue des municipales de mars 2014, la candidate UMP estime que la mairie de Paris doit dépasser le simple affichage de son soutien aux start-up, et aller plus loin en matière d’Open Data, de politique d’achat ou de promotion des initiatives des jeunes entrepreneurs.

Nathalie Kosciusko-Morizet se prononce en faveur d’un grand quartier du numérique à Paris et revient sur la naissance de l’Ecole 42 de Xavier Niel.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur