PC ‘low cost’: l’Inde choisit NComputing et ses PC virtualisés

Cloud

Le californien NComputing a misé sur la virtualisation du PC. L’Inde, séduite, en a commandé 10.000

Dans l’intense bataille que se livrent Intel avec son ‘classmate‘ et ‘XO‘ et le projet OLPC (One Laptop Per Child) pour promouvoir leurs PC à bas coût, un troisième acteur vient de marquer des points avec son propre projet.

La société NComputing, une compagnie californienne, a remporté un contrat de taille. Dans le cadre d’une initiative locale, l’entreprise devrait fournir à 5.000 écoles de l’Etat de l’Andhra Pradesh au centre de l’Inde (capitale, Hyderabad) un accès à l’informatique. Ainsi,10.000 machines devraient être livrées.

Ce choix permettrait à cet Etat indien de réaliser une économie de 20 millions de dollars face à une solution classique, chaque PC coûterait 70 dollars, économie à laquelle viendrait s’ajouter une consommation électrique réduite. Pour ce faire, NComputing joue sur plusieurs aspects.

La solution s’appuie sur une technologie très à la mode : la virtualisation. Des systèmes clients virtualisés sont desservis par un seul PC maître ou PC serveur multipostes. Ainsi, un seul ordinateur sert à faire fonctionner plus de sept machines. La souris, le clavier et l’écran des systèmes virtualisés sont connectés à un petit boîtier (le NComputing X300) relié au PC-maître.

L’ensemble du projet devrait être totalement externalisé et géré par des sociétés indiennes pour cinq ans. Le gouvernement local espère ainsi faire progresser le niveau d’expertise de ses ingénieurs.

Nicholas Negroponte, à l’origine du projet ‘OLPC’ et Intel peuvent également se prévaloir de succès identiques.

Au mois de juillet dernier, le Portugal commandait quelques 500.000 ‘classmate’ à Intel. Le projet OPLC revendique quant à lui 600.000 commandes passées par le Perou, l’Uruguay, la Mongolie, le Rwanda, Haiti et l’Afghanistan.

Néanmoins, les deux machines pourraient très vite être distancées.

Il faut compter 200 dollars (147 euros) au minimum pour le XO et pas moins de 500 dollars (368 euros) pour le ‘classmate’. Malgré les réelles qualités de chacun de ces deux projets, le calcul risque d’être rapide pour les pays émergents.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur