Colgate-Palmolive va gérer ses points de vente avec SAP Hana

Big DataDSILogiciels
Ed Toben, ex DSI de Colgate-Palmolive

Depuis 20 ans, Colgate-Palmolive a fait de SAP le socle unique et fédérateur de son informatique. Pionnier d’Hana pour l’analytique, le géant américain va bientôt déployer une gestion de ses points de vente sous Hana au niveau mondial.

« SAP est présent chez Colgate depuis plus de 20 ans ! » annonce Ed Toben, ex-directeur informatique de l’entreprise américaine. « Nous avons déployé SAP R3, puis migré vers les versions successives rebaptisées ECC (Enterprise Central Component). Les déploiements ont été réalisés aux États-Unis, puis étendus aux filiales du monde entier.» Le spécialiste mondial (et centenaire) des produits d’entretien et d’hygiène a réalisé un chiffre d’affaires de 17,4 milliards de dollars en 2013 pour un effectif de 38 000 employés (plus 37 000 aujourd’hui).

Ed Toben, ex DSI de Colgate-Palmolive
Ed Toben, ex DSI de Colgate-Palmolive

Un client historique et clairement habillé SAP

La stratégie informatique de Colgate-Palmolive a consisté à « choisir SAP comme socle technologique unique, autant que possible. Afin de bénéficier pleinement de l’aspect intégré de cette plateforme, tout besoin fonctionnel couvert par SAP est systématiquement retenu et déployé. Et dès qu’un besoin se fait sentir, la DSI regarde avant tout si une solution SAP peut y répondre,» ajoute Ed Toben. « A choisir une solution cohérente, autant opter pour une société pérenne, misant sur l’innovation et proposant des logiciels éprouvés.»

Ainsi, quelques filiales utilisaient le service Cloud de gestion d’approvisionnement et de fournisseurs Ariba. Après le rachat de ce dernier par SAP, l’entreprise a décidé d’en faire l’outil de référence du groupe.« Tout en conservant cette cohérence globale, SAP permet de déployer les applications en tenant compte des spécifications des métiers, des régions, et des entreprises concernées,» souligne l’ex-DSI.

Pour gérer son système d’information mondial, Colgate-Palmolive gère plusieurs datacenters (Dublin, New York, New Jersey, Kuala Lumpur, Bombay). « Le datacenter global est situé dans le New Jersey avec un datacenter de secours chez IBM,» précise Ed Toben. Malgré cette grosse infrastructure, la société s’intéresse fortement aux services cloud. D’autant plus que SAP propose non seulement Ariba, mais aussi la solution de gestion de talents SuccessFactors que Colgate utilise en combinaison avec SAP RH.

Un SI applicatif cohérent et 100% SAP
Un SI applicatif cohérent et 100% SAP

Pionnier Hana, avec accélération de la BI…

Cette stratégie et une telle fidélité envers l’éditeur ont immanquablement mené le géant américain à devenir l’une des entreprises pionnières de a technologie Hana.
Après une phase de construction (SAP R3 puis ECC et autres modules –voir illustration) servant de socle unique, la société a intégré le CRM, optimisation de la chaine logistique (APO pour Advanced Planner and Optimizer) et le reporting analytique avec BW. L’ensemble est coordonné par SAP NetWeaver Master Data Management, bien entendu.

Enfin, la phase d’innovation a apporté les technologies de mobilité et Hana.
« Avec Hana, nous souhaitions accélérer le reporting analytique, en profitant des technologies In-Memory et de bases de données en colonne,» rapporte Ed Toben. « Constatant des résultats très satisfaisants, il s’agit désormais de bénéficier si possible de ces mêmes mécanismes pour les applications métier, non seulement pour les accélérer, mais aussi pour augmenter leur disponibilité.»

… et une première application mondiale

Première application, “Demand Signal Management” concerne la gestion des points de vente. Jusqu’à présent, ce processus est géré via diverses feuilles de calcul. Outre la lenteur des opérations et les multiples manipulations sources d’erreurs, ce processus souffre d’une lenteur pénalisante. « Sur la plateforme Hana, il devient possible d’harmoniser les données sur les clients et les ventes pour une cohérence et une unicité salutaires, d’accélérer les opérations analytiques, et même d’intégrer presqu’automatiquement ce processus à tout l’existant SAP,» assure Ed Toben.

Cependant, passer sur Hana oblige à migrer les données vers ce format spécifique, voire à maintenir une synchronisation… « La gestion des points de vente existants (et spécifique par pays) n‘est pas du tout intégrée à notre système d’information SAP,» répond l’ex DSI. « Il s’agit de concevoir une nouvelle application, et non de migrer un existant applicatif ou de bases de données.» De plus, Hana rendra possible l’intégration des réseaux sociaux (Facebook ou twitter) et leur analyse en lien avec les données clients, pour de l’analyse de perception des marques, ou de sentiments par exemple. Traitements impossibles en état actuel. Une nouvelle technologie oblige à disposer de compétences, logiquement encore peu répandues. « Les équipes informatiques de Colgate en formation permanente et notre partenariat en direct avec SAP et ses ingénieurs favorisent le transfert de compétences et les échanges très en amont,» confie Ed Toben.

Des résultats plus qu’encourageants

Encore au stade de pilote au niveau mondial (des dizaines de points de vente), ce projet ne bénéficie pas encore d’assez de recul pour penser à une généralisation. Toutefois, les premiers retours sont très encourageants. La prochaine étape devrait amener l’entreprise à déployer la Suite SAP sous Hana.

En attendant, ces projets permettent de tirer plusieurs leçons. « Tout d’abord, l’analytique est clairement plus performante, mais le processus ERP complet profiterait aussi de toutes ces accélérations. En outre, les bénéfices sont évidents et intuitifs. Cependant il faut anticiper des changements culturels et techniques, et absolument faire participer les responsables métier à ces projets,» résume Ed Toben. « Et tout cela sans rupture.»

Sur ce dernier point, on peut penser que l’es DSI est emporté par son enthousiasme. Si l’intégration avec les applications SAP reste simple, les applications Hana doivent subir une adaptation, ainsi que les données stockées dans un format propriétaire. De plus, les compétences restent peu répandues et le déploiement à grande échelle n’ira donc pas forcément de soi. Malgré tout, la situation évoluera certainement vers une simplification des ruptures (indispensables à toute évolution majeure) levant l’un des freins majeurs pour des entreprises logiquement séduites par les résultats généralement obtenus.


Auteur : José Diz
Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur