Radar IT : 007 chez Huawei ; Failles : éditeurs, payez ! ; ARM chez Facebook et Google ; 64 bits : là où l’iPhone fait mal, XP gâteux

DSIRégulations

L’essentiel et rien que l’essentiel pour les DSI. Retrouvez notre revue de presse IT hebdo de la presse internationale. Cette semaine : les services britanniques recrutent pour Huawei, pourquoi les éditeurs devraient payer les failles de leurs logiciels, l’intérêt grandissant de Facebook et Google pour les puces ARM, etc.

007

Des salariés d’Huawei au service de Sa Majesté

Le gouvernement britannique a mis les pieds dans le plat : le GCHQ, son service d’espionnage électronique, aura désormais la haute main sur le recrutement du personnel du HCSEC (Huawei Cyber Security Evaluation Centre). Huawei a créé ce centre pour traquer les failles de ses équipements susceptibles d’être exploitées par des malfaisants comme, par exemple, les espions à la solde du gouvernement chinois. Le GCQHG sait de quoi il parle. C’est le plus fidèle collaborateur européen de la NSA dans la réalisation de son grand œuvre orwellien.

A lire sur BBC News

 

Failles

Les éditeurs devraient être tenus pour responsable

Chaque année, le coût direct des failles informatiques se chiffre en dizaines, voire en centaines de milliards de dollars. Sans compter les dépenses consacrées à se protéger. En 2012, si les éditeurs avaient acheté 150 000 dollars chacune des 5218 failles détectées dans leurs logiciels, cela leur aurait coûté moins de 0,3% de leur chiffre d’affaires.

A lire sur Krebs on Security (avec, en lien, un PDF détaillé de 20 pages)

 

Datacenter

Processeurs ARM en vue chez Facebook et Google

Google et Facebook n’arrêtent pas d’optimiser leurs datacenters. Chez l’un comme chez l’autre, les signes avant-coureurs d’une utilisation de processeurs à architecture ARM se multiplient. La phase de déploiement devrait intervenir d’ici deux à trois ans. A cette échéance, l’augmentation du prix de l’électricité rendra le retour sur investissement encore plus juteux. Intel saura-t-il mieux s’adapter à la remise en cause de l’architecture x86 que Microsoft ? C’est la question à quelques dizaines de milliards de dollars que se pose toute l’industrie.

A lire sur The Register

 

Surprise

L’A7 64 bits d’Apple sidère la concurrence

Dans l’iPhone 5s, Il n’y a pas que le prix qui soit hors norme, son processeur 64 bits l’est aussi. Même si aucune application n’exploite encore ses ressources, sa seule existence suffit à secouer toute la concurrence. Qualcomm, qui s’essaye à être l’Intel des mobiles, doit chambouler tout son plan de développement dans l’urgence. Apple a pris un an d’avance.

A lire sur HubSpot

 

Sénilité

Windows XP perd la boule

Il ne reste que trois mois avant que le vénérable Windows XP, qui fête ses douze ans, ne disparaisse des logiciels supportés par son éditeur. D’ici là, Microsoft a promis, mais sans donner de date, qu’il allait s’occuper d’un grave accès de sénilité de XP. En fonction de la version d’Internet Explorer installée, les postes peuvent mettre plus d’une heure à démarrer. La faute au service de mise à jour qui refait tout l’historique des rustines. Un sérieux problème de productivité pour les (nombreux) grands comptes français qui utilisent encore de (nombreux) postes sous XP.

A lire sur Ars Technica

 

En complément : nos précédentes revues de presse

Le Radar IT du 13 décembre 

Le Radar IT du 6 décembre 

Le Radar IT du 29 novembre 

Le Radar IT du 22 novembre


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur