Recap 2005 : une année de consolidations

Cloud

Au niveau des entreprises, 2005 aura été une année de consolidation des marchés, avec des acquisitions et rapprochements d’une ampleur encore jamais atteinte

Oracle, des bases de données aux ERP Fidèle à sa politique d’acquisitions ? l’innovation ne se crée pas, elle s’acquiert ! ? Oracle a surenchéri sur les applicatifs ERP. L’année a débuté par la conclusion du feuilleton entamé l’année précédente : Oracle : PeopleSoft, c’est dans la poche !. Après PeopleSoft, c’est au tour de Siebel de céder à l’appel du géant américain. Oracle lance une OPA sur Siebel. Mais l’éditeur n’en restera pas là, surtout que le concurrent SAP a clairement annoncé la couleur : SAP a toujours faim. C’est d’ailleurs à la barbe de SAP qu’Oracle s’est offert un spécialiste du service ERP : Oracle / Retek : affaire conclue Microsoft : des acquisitions de petite ampleur mais stratégiques Chez Microsoft, pas de mouvement d’ampleur, mais des acquisitions par touches? stratégiques, plus particulièrement dans la sécurité. Comme FrontBridge. Mais la stratégie peut aussi prendre la forme du désengagement. Dernier mouvement en date chez le premier éditeur mondial, Microsoft se désengage de MSNBC. Télécoms : sagesse en France, démesure chez les anglo-saxons L’année aura été plutôt sage pour l’opérateur historique France Télécom. A l’exemple de l’absence de véritable surenchère sur Télindus – Télindus préfère Belgacom – ou du turc Telsim L’opérateur turc Telsim trop cher. Chez ses concurrents, on consolide. En France, tout d’abord, avec le Le mariage de raison entre Neuf Telecom et Cegetel. Ainsi que le trublion Iliad (Free) qui s’est emparé de Altitude Telecom et ainsi de l’unique licence WiMax sur tout le territoire. Dans les pays anglo-saxons, ensuite, où SBC confirme le rachat d’AT&T, et MCI qui dit oui à Verizon. IBM continue de construire son catalogue tactique IBM est un stratège? Aux méga acquisitions, Big Blue préfère la méga séparation – il a cédé sa division PC au chinois Lenovo en 2004 Feu vert pour la vente des PC d’IBM à Lenovo ? et surtout les acquisitions par touches sensibles. IBM consolide donc son catalogue. Avec Bowstreet, éditeur de portails ; Micromuse, expert en qualité de service, ou l’intégrateur de données Ascential. Cisco compense sa pénurie d’innovation Le phénomène de l’innovation par l’acquisition de société prend sa forme le plus complète avec Cisco. Le premier équipementier mondial des réseaux Internet reste fidèle à sa politique de croissance externe. Parmi les rachats de l’année 2005 : Scientific Atlanta fabricant de décodeurs TV ; Kiss spécialiste des platines DivX; Nemo ; une start-up M.I. Secure ; une autre Topspin ; les appliances de performances de FineGround ; Airespace expert WLAN-Wi-Fi ; et le ‘détecteur’ de menaces réseaux Protego Networks. Stockage : la bande a encore de beaux jours devant elle Une fois n’est pas coutume, Sun Microsystems n’a pas misé sur l’innovation mais effectué une méga fusion pour renforcer sa division, avec le rachat de StorageTek. Sans oublier, toujours chez le constructeur, mais dans le software cette fois ci, l’acquisition de SeeBeyond. Internet : à la recherche de relais de croissanceMusicNow ainsi qu’un réseau de blogs. Autre exemple sur lequel on s’interroge, eBay avec le rachat de Skype, ou encore de Shopping.com. Les médias n’échappent pas au mouvement Il était très attendu, le mariage des bouquets satellites de Canal+ et de TPS. Une exception françaises (les marchés européens sont concentrés sur un acteur par pays) qui aura prochainement une fin : Canal+/TPS : les détails du rapprochement sont publiés. Autre consolidation, au niveau mondial cette fois, avec les opérateurs satellitaires. SES Global s’offre New Skies ou Intelsat s’offre PanAmSat. Et jusqu’au câble : Mégafusion sur le câble britannique. Divers : on consolide à tous les étages Une mega fusion dans les cartes à puce? Gemalto crée la surprise, le premier et le second du marché, Axalto et Gemplus fusionnent et créent Gemalto. Sur les disques durs : Seagate va racheter Maxtor ; Les progiciels : BEA s’offre Plumtree, multi plates-formes en vue ; Les logiciels : Adobe s’offre Macromedia ; L’industrie militaire : avec la fusion de Sagem et Snecma, Safran est né ; Le grand public : Intel rachète un fabricant de puces TV ; Les écrans plasma : Méga-alliance des japonais. Google-AOL : le front anti-Microsoft

Feuilleton du second semestre, le rapprochement de AOL, la filiale Internet de Time Warner, avec un autre acteur du marché. La mariée, tout d’abord, est bien belle. AOL, le monstre issu de la première vague Internet – qui a eu l’outrecuidance de s’offrir, certes avec quelques manipulations comptables, le géant des médias Time-Warner – a doublement échoué : le passage de la bulle Internet et la migration vers le haut débit. Malgré cela, AOL est joli parti, avec ses millions d’abonnés et son portail, une référence. Alors les stratégies se déploient, en priorité celle de Microsoft, qui n’a pas encore réussi à s’imposer en leader avec MSN, y trouverait son relais de croissance. Mais c’était sans compter sur la volonté de Google de contrer le géant de Redmond et sur les intérêts croisés du moteur de recherche et d’AOL. Ce sera donc Google qui va emporter le morceau en fin d’année, avec une prise de participation de 5% pour 1 milliard de dollars.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur