Optimisation WAN : Riverbed refuse les 3,1 milliards de dollars d’Elliott

Régulations
pluie d'argent (euros, dollars)

L’offre non sollicitée du fonds Elliot Management sur Riverbed n’a pas été retenue par le ‘board’ du spécialiste de l’optimisation des réseaux.

« Après examen en compagnie de conseillers juridiques et financiers indépendants, (Riverbed) a décidé à l’unanimité de ne pas poursuivre la proposition non-sollicitée de Elliott Management Corporation pour acquérir la totalité des actions ordinaires en circulation de Riverbed pour 19,00 dollars par action, car il estime que la proposition sous-évalue la société et n’est pas dans le meilleur intérêt des actionnaires. »

C’est en ces termes convenus que Jerry Kenelly, CEO et président du conseil d’administration (chairman) de Riverbed, a décliné la proposition de Elliott Management, le fonds d’investissement du milliardaire Paul Singer. Le fonds s’intéresse de près au marché de l’optimisation des réseaux puisqu’il a précédemment investi dans Blue Coat Systems et Packeteer, le premier ayant ensuite racheté le second, en 2008. Blue Coat et Packeteer sont deux concurrents de Riverbed.

Pour motiver sa décision, le patron de Riverbed évoque la mutation engagée par la société, qui est passée en quelques années du « spécialiste de l’optimisation WAN à une organisation multi-produits ». Une mutation qui a pesé sur les résultats du groupe ces derniers trimestre, mais le phénomène se serait inversé, le dernier trimestre 2013 pourrait s’afficher au dessus des prévisions.

Emmenés par l’esprit start-up

La décision du board de Riverbed n’est pas une surprise. Jugée trop basse, l’offre de Elliott Management est refusée. En revanche, elle nous apprend que les dirigeants du groupe ne sont pas opposés à trouver acquéreur, à condition que ce dernier mette le paquet…

En fait, Riverbed est une start-up vieillissante, une ex-jeune pousse qui avec l’âge a pris trop de bouteille pour céder au premier venu, mais qui dans le même temps a dépassé depuis longtemps la limite qui la rend abordable. Il est donc légitime de se poser la question de l’opportunité qui s’est présentée mais qui n’a pas été saisie.

L’affaire n’est pas terminée pour autant, Elliott Management pouvant toujours tenter une surenchère. Une OPA hostile semble en revanche plus risquée, l’actionnariat d’une entreprise comme Riverbed reste très concentré, donc difficile à contourner , voire à séduire.

Crédit photo © Rrraum – Shutterstock


Voir aussi

Silicon.fr étend son site dédié à l’emploi IT
Silicon.fr en direct sur les smartphones et tablettes


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur