SAP publie un bon 3e trimestre à presque 4 milliards d’euros

Régulations
Jim Hagemann Snabe, co-CEO, SAP

Sur son 3e trimestre fiscal, SAP frise les 4 milliards d’euros de chiffre d’affaires et dépasse le milliard d’euros en revenus ‘software’. Cela, malgré la faiblesse de l’Europe du Sud.

Le géant du logiciel SAP se félicite d’un bon chiffre d’affaires pour son 3e trimestre (clos au 30 septembre) approchant les 4 milliards à 3952 millions d’euros (+16 % sur 2011, au format IFRS) avec un record : après consolidation des récentes acquisitions (dont Sybase et Success Factors), les revenus logiciels franchissent la barre du milliard, en atteignant précisément 1026 millions d’euros, soit une progression de +17 % (12 % à taux de change constant) par rapport à 2011.

Sur ce 3e trimestre, la maintenance progresse également fortement de +16 % à 2105 millions. L’activité cloud, désormais consolidée sous la dénomination ‘cloud subscription & support’, devient significative avec 63 millions d’euros. Sur le cloud (avec l’intégration de Success Factors), SAP revendique 17 millions d’utilisateurs. Et le cumul logiciel et service (‘software & software related service’) progresse de +19 % à 3194 millions d’euros.

Côté profitabilité, la marge opérationnelle, par rapport à 2011, recule : -48 % à 921 millions d’euros, ce qui représente tout de même plus de 23 % des revenus. La marge nette, après impôt, atteint 618 millions.

Traduisant la croissance externe, le nombre de salariés est passé de 54.589 à 61.344.

L’innovation fait la croissance

« Notre stratégie d’innovation continue de délivrer de la valeur de classe mondiale et des performances de leader du marché », déclarent Bill McDermott et Jim Hagemann Snabe, les deux co-CEO, dans un communiqué de ce 24 octobre.

Pour sa part, Franck Cohen VP SAP EMEA, interrogé par téléphone, se réjouit que, malgré la difficulté des marchés du sud (Italie, Espagne, Portugal), l’Europe enregistre des chiffres rassurants. Il souligne, lui aussi, que les offres d’innovation soutiennent la croissance :

« C’est effectivement l’innovation qui tire le chiffre d’affaires, tandis que le pourcentage des revenus de l’offre ERP tend à diminuer, ce qui est en phase avec notre stratégie de développement et de croissance externe. SAP ne s’affiche plus seulement comme fournisseur de solutions ERP, ‘pure player ERP’. Cette offre [ERP] est désormais une des cinq parties de notre portefeuille – les quatre autres étant l’analytique, le cloud, les ‘databases & technologies’  [dont l’offre in-memory HANA] et les mobiles. II faut ainsi retenir que 50 % de notre croissance globale en valeur nette est due à la montée de ces nouvelles offres. »

Les objectifs annuels de revenus se rapportant à ces activités « innovation » devraient être tenus : 320 millions sur le cloud et 220 millions sur les mobiles.

La France dans le peloton de l’Europe du Nord

L’Europe, dans son ensemble, sur ce 3e trimestre, affiche une croissance 0, étant pénalisée par l’Europe du Sud. Commentaire de Franck Cohen: « Il faut rappeler que la croissance avait été  très forte, à +24 % entre 2010 et 2011. »

Les bons chiffres de l’Europe du Nord (dont la France) sont contrebalancés par la situation difficile de l’Europe du Sud, qui enregistre une décroissance à 2 chiffres. « Dans l’ensemble, les inquiétudes portent notamment sur le secteur public, tandis qu’à l’inverse, les secteurs de l’énergie, de la grande distribution, de la métallurgie et des industries lourdes restent dynamiques. »

La France enregistre une croissance à 2 chiffres sur ce 3e trimestre. Au tableau d’honneur, la filiale française se félicite des récentes options confirmées par le groupe Safran. Ce dernier a retenu, au delà de l’ERP, une grande partie du portefeuille de SAP, à commencer par la partie RH provenant de Success Factors, en complément des modules RH intégrés à l’ERP.


Voir aussi
Quiz Silicon.fr – Incollable sur les grands noms du monde IT ?


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur