Show Hello : Orange mise sur les objets connectés et le Big Data

Big DataMobilitéRéseaux

Plate-forme Big Data, commercialisation des données réseaux, voiture et maison connectées, solutions numériques pour les PME et TPE, paiement mobile, 4G+ et arrivée de Netflix constituent les principales nouveautés de rentrée d’Orange.

A l’heure où l’Etat se sépare de 1,9% du capital d’Orange, Stéphane Richard a présenté les nouveautés que l’opérateur historique lancera dans les prochains mois lors du désormais traditionnel Hello Show qui se tenait, pour cette troisième édition, au Palais de Chaillot à Paris. La maison et, plus globalement les objets connectés (y compris, à l’heure du Salon de l’auto, la voiture), le paiement mobile, les espaces de travail, le réseau social, éducation concentraient l’essentiel des annonces qui se partagent entre offres professionnelles et usages résidentiels.

Une plateforme Big Data

Côté professionnel, Orange décide de prendre le Big Data à bras le corps. L’opérateur annonce Datavenue, une plate-forme dédiée à la collecte, l’agrégation et le stockage des données à destination des éditeurs de services et des fabricants d’objets. Les données pourront être associées à différentes sources (open data, objets connectés, big data d’entreprises…) pour les enrichir et mettre en relation les différents acteurs d’un secteur. La plateforme sera ouverte en novembre aux développeurs et fait l’objet d’un concours. Altran, Malakoff Médéric, Mars Petcare, Schneider Electric, SEB, la Société Générale, Suez Environnement, TF1, ALEPH1 et Netatmo comptent parmi les premiers partenaires.

L’approche du Big Data passe aussi par Flux Vision, une solution de mise à disposition des millions d’informations techniques issues du réseau mobile de l’opérateur pour analyser la fréquentation des zones géographiques et les déplacements de populations. Autant de données qui intéresseront les collectivités, opérateurs touristiques et autres acteurs du trafic routier. Une solution déjà présentée l’an dernier qui s’enrichira, d’ici la fin de l’année, de critères socio démographiques (CSP, classe d’âge…) pour affiner les segmentations de clientèle. Mais en tout anonymat, assure Orange qui a travaillé en ce sens avec la Cnil (Commission nationale informatique et liberté).

Géolocalisation commerciale

Les données mobiles se prolongeront dans Orange Beacon, un boîtier destinés aux professionnels (commerces, banques, musées) qui permet de géolocaliser les clients et leur proposer automatiquement des informations propres au contexte (une offre promotionnelle dans le magasin à proximité, une information sur telle œuvre d’art…) sur les smartphones Android et iOS. La solution fonctionne jusqu’à 30 mètres. Déjà opérationnelle au Château de Versailles, musée des Beaux arts de Dijon, par les Pages Jaunes, la Fourchette, Quiksilver, Sycomore, la solution sera enrichie en janvier 2015 du Beacon Tag, un mini boîtier doté de capteurs de mouvement et visant à couvrir des événements ponctuels (quelques semaines au plus).

Véhicule connecté

Salon de l’auto oblige, Stéphane Richard ne pouvait pas faire l’impasse sur la voiture. Laquelle devient connectée avec Orange Drive qui propose des services de guidage avec informations de trafic, envoi de SMS vocaux, aide à l’éco-conduite, pilotage de l’autoradio avec accès à 6000 stations et Deezer depuis un smartphone. La solution permet également de transformer le terminal en routeur Wifi et offrir des connexions Internet aux passagers. Autant dire que, pour bénéficier d’une qualité de service acceptable, la 4G sera indispensable. Dans le même ordre d’idée, Orange annonce connecter le Model S de Tesla sur ses services de M2M qui permettront de contrôler le véhicule à distance depuis un smartphone (localisation, état de charge, contrôle de la climatisation, ouverture/fermeture des portières…) en plus du service de navigation.

Communications unifiées

Retour au bureau. En direction des petites entreprises, Orange proposera en 2015 My Office Phone, une solution de communications unifiées fixe/mobile pilotable depuis un smartphone iOS et Android. Autre solution pour les petites structures, le Scanner Connecté. Il s’agit d’un petit boîtier qui permet de numériser tous types de documents (des factures aux cartes de visites) et de les stocker en ligne pour pouvoir les consulter en mobilité notamment. Le partenaire Xambox se charge de la reconnaissance des caractères pour autoriser les recherches textuelles et faciliter l’accès aux documents. L’offre SmartPLace, pour sa part, propose aux PME une solution de « téléphonie intelligente » pour le suivi client. Couplé à la solution de CRM de l’entreprise, l’application rassemble les fonctionnalités courante de la relation client (contacts, activités, e-mailings, devis, factures…) et permet de suivre et analyser l’activité des commerciaux.

Netflix, finalement

Si les solutions aux entreprises sont stratégiques pour le développement de l’opérateur, la locomotive financière n’en reste pas moins la base des utilisateurs individuels. C’est pour eux que Stéphane Richard a annoncé l’arrivée de Netflix pour ses abonnés fixe en novembre prochain. A l’heure où l’offre de vidéo à la demande (VOD) du fournisseur américain aurait franchi les 100 000 souscriptions en moins d’un mois en France et, surtout, après son adoption par son concurrent Bouygues Telecom, le premier opérateur national pouvait difficilement faire l’impasse sur cette offre très médiatisée.

Lesquels abonnés pourront profiter de Polaris, une interface qui permet de basculer d’un écran à l’autre (PC, tablette, smartphone), pour suivre la diffusion de leurs contenus (vidéo, musique, jeux) sans interruption. Ils profiteront ainsi des 25 nouvelles chaînes HD (dont 12 payantes) qui viendront enrichir l’offre de l’opérateur courant 2015 en plus des 8 actuelles. Réservé aux abonnés à la fibre.

La maison connectée

La sphère résidentielle s’enrichit de Homepoint, un boîtier multifonctions qui permet d’ouvrir simplement un réseau Wifi sécurisé de l’accès principal pour les invités, de diffuser de la musique depuis un smartphone vers une chaîne hifi et recharger les terminaux (en USB ou par induction). Homepoint pourra trouver son complément dans Homelive, une solution domotique de pilotage des objets connectés du domicile à distance. Orange s’attaque également aux objets connectés mobiles avec Pops, des petits modules destinés à s’insérer dans les vêtements et autres accessoires portables. Ils sont connectés et communiquent depuis le réseau mobile d’Orange et sont administrables depuis les plates-formes M2M d’Orange. Une solution destinée aux fabricants d’accessoires à partir du premier semestre 2015.

Accessoires que les clients achèteront peut-être depuis leur smartphone. Plusieurs annonces autour du paiement mobiles ont également animé le Show Hello : Orange Connect (identification automatique par les sites partenaires lors d’un paiement mobile) Orange Finance (une gamme de services bancaires proposés en Pologne pour l’heure), Orange Money “cash-to-goods” (transfert d’argent vers les pays d’Afrique où Orange a déployé son service) et Orange Cash (paiement par NFC en partenariat avec VISA) qui, après Caen et Strasbourg, s’ouvrira a Nice, Lille et Rennes dans les prochaines semaines. C’est qu’il ne faudrait pas laisser à Apple Pay la primeur du paiement mobile NFC.

Education et santé à l’heure numérique

« La tablette est l’ardoise du 21e siècle », s’est également réjouit Stéphane Richard pour présenter Ecole numérique, une offre visant à faire basculer les classes dans l’ère numérique en apportant outils (tablettes connectées, vidéoprojecteur) et formation des enseignant. Les technologies numériques en réseau viennent aussi au secours du secteur de la santé. Notamment avec Parcours ambulatoire (prise en charge et suivi d’une hospitalisation), Télé-AVC (diagnostic distant en urgence) et Otono-me (maintient à domicile).

Décollage annoncé de la 4G+

Stéphane Richard ne pouvait conclure sa prestation sans évoquer l’évolution de son réseau mobile. Alors que l’opérateur revendique couvrir plus de 70% de la population en 4G, il commence à déployer ses antennes LTE-A. Après Toulouse et Strasbourg depuis juillet, la 4G+ qui offre des débits théoriques de 223 Mbit/s en réception sera élargie à Paris en octobre, puis Bordeaux, Douai, Lens et Lille, avant fin 2014, et Avignon, Grenoble, Lyon, Marseille, Nantes, Nice, Rouen et Toulon début 2015. Une offre qui sera disponible sans surcoût aux abonnés 4G. A condition qu’ils disposent du terminal compatible. A savoir les Samsung Galaxy S5 4G+ et Note 4, ainsi qu’un modem/routeur Wifi désormais disponibles chez l’opérateur.


Lire également
Big Data : Orange va puiser dans les données de ses abonnés
Orange lance la 4G+… en Roumanie
Protection des données : carton jaune foncé pour Orange


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur