Sous la menace des cyberactivistes

Sécurité

En marge des tendances constatées sur la sécurité du système d’information, McAfee nous propose un focus sur les cyberactivistes et le danger détourné des « cyber-indignés ».

En marge des attaques et pièges désormais « classiques » qui nous menacent au quotidien avec une certaine constance, et qui aujourd’hui sont principalement véhiculés par le spam et cherchent à contourner ou attirer l’attention de l’internaute pour le piéger – citons les virus, les malwares, ou encore l’hameçonnage (phishing) –, de nouvelles menaces plus insidieuses et dangereuses apparaissent, plus complexes, plus ciblées, plus mafieuses ! Et certaines d’entre elles affichent des motivations inattendues.

Dans ses prévisions en matière de menaces informatiques pour 2012, l’éditeur McAfee évoque par exemple l’ère d’internet et des réseaux sociaux, le danger que peuvent représenter ces nouvelles plateformes de communication où l’individu s’affiche sans discernement, ce qui nous rend plus vulnérable aux cybercriminels. Sans oublier que « le spam traditionnel gagnera en légitimité, tandis que les attaques par harponnage (spear phishing) se transformeront en attaques de messagerie ciblées ». Ni l’augmentation attendue des attaques sur smartphones, en particulier sur les applications de banques en ligne sur mobiles.

Le phénomène Anonymous

Une inquiétude domine cependant dans le rapport de McAfee : plusieurs actions d’envergure, souvent fortement médiatisées, ont pris la forme originale (si l’on oublie les débuts parfois grossièrement engagés des attaques virales dans les années 80) du cyberactivisme. Le groupe Anonymous est un exemple d’une nouvelle forme d’engagement contre des icônes économiques ou politiques de nos sociétés, mais qui cache en réalité une menace d’autant plus dangereuse qu’elle porte sur nos institutions ou sur des « régulateurs ».

McAfee dénonce ici le cyberactivisme et le groupe Anonymous, qui connaîtront un second souffle et évolueront sous la bannière des « cyber-indignés ». « Certains cyberactivistes adopteront la même ligne de conduite que les diverses « cyber-armées » qui fleurissent principalement dans les États non démocratiques ou non laïques », constate l’éditeur.

 

Cliquer sur l’image pour l’agrandir – Source McAfee

L’homme en danger

McAfee évoque également « Une augmentation des menaces à l’encontre des compagnies pétrolières, de gaz et de l’eau émanant de pirates informatiques qui pourraient prendre le contrôle de leurs équipements ». Les systèmes embarqués dans les voitures et les équipements de santé, les appareils photo numériques et autres imprimantes seront en 2012 des cibles pour les pirates informatiques les plus avertis, s’inquiète également l’éditeur.

Derrière ces menaces d’un nouveau genre se cache en réalité un danger très grand car il pourrait peser sur l’intégrité physique de l’humain. En s’attaquant au programme nucléaire iranien, Stuxnet n’a-t-il pas risqué de créer une réaction en chaîne qui échappe aux gestionnaires tant du programme que du virus ? Les auteurs de ces menaces, le plus souvent encadrés par des organisations mafieuses, n’ont pas cette préoccupation. Aux organisations de renforcer leurs défenses et de s’assurer que le pire, même en partie sous contrôle mais certainement inévitable, ne détruise qu’un minimum de l’humain et de la nature !


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur