Sun: ‘Nous avons préféré attendre 6 mois pour intégrer Vista à Java SE 6’

Logiciels

Alexis Moussine-Pouchkine, architecte Java chez Sun, revient sur la sortie
officielle de la plate-forme Java SE 6

Quelles nouveautés majeures apporte la plate-forme Java SE 6 ?

D’une part, cette nouvelle version garantit la compatibilité avec les versions précédentes de Java ; d’autre part, elle apporte de meilleures performances. En moyenne, les applications serveur enregistrent en moyenne une augmentation des performances de 20 % (multithread, multic?ur, gestion de la mémoire, etc.), une hausse qui atteint 30% côté client. Sur cet aspect, on constate des améliorations graphiques et ergonomiques, et un démarrage beaucoup plus rapide pour l’utilisateur final, avec des temps divisés par deux !

Deuxième point : avec Java SE 6, le monitoring applicatif est simple et totalement intégré. Ainsi, il est possible de savoir précisément ce qui se passe au c?ur des processus Java en cours d’exécution via la technologie JConsole : Garbage Collector, gestion des threads, ? C’est la fin de la “boîte noire”, sans nécessiter d’outil supplémentaire.

Enfin, une base de données relationnelle JavaDB a été écrite en Java et intégrée au JDK 6 (Java Development Kit). Elle peut donc être embarquée dans des applications Java, se révèle très légère et flexible.

Des nouveautés concernent également le client riche en Java. Une concurrence frontale avec Ajax et le Web 2.0 ?

Les technologies de type Web 2.0 ou Ajax sont intéressantes, mais certains utilisateurs souhaitent aussi travailler en mode déconnecté, et utiliser au mieux la puissance du poste de travail. Avec la technologie Swing, cela est possible. Pour créer des applications avec client riche, Swing permet de faire tourner des applications Java sur le poste client, avec des performances optimisées et un aspect visuel plus évolué. D’autant plus qu’elle supporte désormais Vista et ses contraintes de sécurité, et profite de toutes ses possibilités ergonomiques.

De plus, le développeur dispose de la technologie Java Web Start (JWS) revisitée et optimisée, non seulement pour faciliter le déploiement d’applications Java indépendantes via le réseau, mais aussi pour installer l’application en un simple clic dans le navigateur Internet.

Enfin, pour assurer la communication des clients riches (et des applets) avec les serveurs, les Services Web sont maintenant utilisables. Auparavant, cette technologie était réservée aux communications entre serveurs. Par exemple, Amazon a publié ses Web Services, ce qui permet à toute application d’intégrer très simplement, pour rechercher des livres, parcourir des catalogues, etc.

Java n’est toujours pas totalement en Open Source. Où en sommes-nous et Sun tiendra-t-il ses engagements ?

Le 13 novembre dernier, nous avons à nouveau confirmé notre engagement sur l’Open Source. Deux des trois briques Java sont déjà sous licence GPL : le compilateur Java et la machine virtuelle Java (JVM). Ce type de licence demande aux utilisateurs de contribuer à l’effort de développement en reversant les améliorations qu’ils créent à la communauté. Certes, Sun conserve une forte présence dans l’organisation de la communauté Java (Java Community Processes), mais ne dispose ni de droit de veto ni de quelconque majorité. Le troisième pan Java, constitué des bibliothèques Java nécessitant d’être adaptées et réécrites, sera publié et en Open Source dès l’été 2007, comme annoncé.

Le processus de création de Java SE 6 a-t-il réellement profité de l’ouverture Open Source ?

Cette version Java SE 6 a bénéficié d’un développement plus transparent depuis deux ans. Les publications des bêtas toutes les deux semaines intégraient au fur et à mesure les remarques et améliorations proposées par la communauté. Plus de 350 bugs ont ainsi été corrigés par ces développeurs. Ce succès sans précédent illustre le dynamisme et la performance d’une communauté très réactive.

Cette nouvelle mouture de Java était annoncée pour l’été dernier. Pourquoi accuse-t-elle un retard de six mois ?

Nous avions programmé des cycles de 18 mois, et nous avons effectivement basculé sur 2 ans. Nous avons préféré intégrer le résultat de demandes lourdes comme la base de données JavaDB. De même, il nous a semblé indispensable d’ajouter le support de Vista dans cette version. Sinon, il aurait fallu attendre 18 mois supplémentaires, cela nous paraissait bien moins intéressant.

Sans les revenus générés par les licences Java, comment allez-vous gagner de l’argent avec cette technologie ?

Sun annonce des offres de support au développement pour répondre aux utilisateurs de Java nécessitant du conseil. Les formules de type tickets ou abonnement seront disponibles avec diverses formules selon le niveau d’engagement et le temps de réponse attendus. Les offres sont testables gratuitement pendant deux mois. Le support existant est actuellement en anglais. Les développeurs sont généralement habitués à se documenter en anglais, il n’est pas certain qu’une traduction française sera proposée.


Auteur : José Diz
Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur