Time Warner termine l’année dans le vert

Cloud

Les 100 milliards de dollars de perte en 2002 sont oubliés

En un an, le géant américain des médias Time Warner a redressé la barre. En 2002, fortement pénalisé par l’activité Internet d’AOL, le groupe avait annoncé une perte historique pour l’économie américaine de 98,7 milliards de dollars.

Multiples cessions, disparition du nom AOL, restructurations, reprise du marché et succès cinématographiques ont permis au groupe de finir l’année dans le vert. Time Warner a engrangé un bénéfice net de 638 millions de dollars au quatrième trimestre 2003 après une perte nette de presque 45 milliards un an plus tôt. Sur l’année, le géant a dégagé un bénéfice net de 2,64 milliards de dollars contre une perte nette historique de 98,7 milliards en 2002. Le chiffre d’affaires est passé de 37,31 milliards de dollars à 39,57 milliards soit une progression de 6%. Time Warner a également précisé que sa dette nette avait été ramenée à 22,7 milliards de dollars au 31 décembre 2003 contre 25,8 milliards un an plus tôt. Ne m’appelez plus AOL

Time Warner avait présenté le quatrième trimestre comme un tournant pour sa stratégie, en mettant l’accent sur son activité de télévision câblée et en prenant ses distances, vis-à-vis d’America Online, visé par deux enquêtes fédérales et source de pertes considérables.

La division internet, dont la fusion avec Time Warner avait été présentée en 2001 comme l’aube d’une nouvelle ère de “convergence” entre médias et Internet, est aujourd’hui le point faible du groupe, qui a symboliquement supprimé le sigle AOL de son nom l’an dernier. Par ailleurs, aux Etats-Unis, AOL continue de perdre des abonnés par millions. Ses résultats pour 2003 sont tous dans le rouge (voir notre article).


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur